ASSE : le club déjà sauvé de la faillite grâce au Mercato ?

true

Les conséquences économiques de la crise sanitaire liée au coronavirus seront fortes pour l’ASSE, qui comptera sur les transferts déjà réalisés pour s’en sortir.

L’Équipe consacre une bonne partie de son édition du jour à évoquer l’impact de la crise sanitaire liée au coronavirus sur les clubs de Ligue 1. Ces derniers sont ainsi rangés dans différentes catégories, de ceux qui devraient s’en tirer sans trop de dégâts à ceux pour qui la disette sportive sera catastrophique sur le plan financier. Tout comme l’OM, l’ASSE fait partie de la catégorie « risques très élevés. »

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

« Le binôme Caïazzo-Romeyer à la tête de l’ASSE depuis 2004 n’a pas les mêmes moyens personnels que Frank McCourt. Le premier a réussi sa fortune grâce notamment au développement des centres d’appel, explique le quotidien sportif. La surface financière exacte de Caïazzo demeure une inconnue. Elle est estimée à quelque dizaines de millions d’euros. Le second est beaucoup moins riche. Il a géré une grosses quinzaine de PME dans la région stéphanoise, dont la SACMA, une société d’agencement. Après avoir déjà frôlé la cessation de paiements en février 2010, les présidents de l’ASSE étaient entrés, en vain, en négociation exclusive avec les Américains de Peak6 pour la vente du club, en mai 2018. Le duo cherche depuis un troisième actionnaire minoritaire fort. »

Pour compenser le manque à gagner généré par la crise, l’ASSE comptera sur le paiement des traites des autres clubs afférentes aux ventes de joueurs déjà réalisées. « On a la chance d’avoir effectué celles de William Saliba et de Rémy Cabella en juillet, c’est-à-dire au début de l’exercice comptable 2019-2020, assure le directeur général Xaxier Thuilot. On ne se retrouvera donc pas obligés de les réaliser à la fin. »