ASSE – Le rendez-vous de Didier Bigard : « Une image désastreuse »

true

Spécialiste des Verts, Didier Bigard pointe du doigt la prestation de l’ASSE contre le FC Nantes (0-2), à huis clos, avec une très mauvaise opération à la clé.

« Saint-Etienne – Nantes sans spectateurs, ça donne une image désastreuse du football français » avait répondu avant le match  le sociologue Nicolas Hourcade, interviewé par Ouest-France. Après la rencontre nous dirons, nous, que la prestation des Stéphanois a donné une image tout aussi triste du football. Au moins n’ont-ils pas attisé trop de regrets pour les absents forcés et en particulier les abonnés, spoliés par la commission de discipline. Cette sanction collective a toujours autant de mal à passer pour des esprits épris de justice mais on aurait préféré que les Verts n’en rajoutent pas sur le chapitre « l’absence de notre public nous pénalise ».

Certes, le Nantais Renaud Emond apporte de l’eau à leur moulin « C’était spécial. Jouer à huis clos, c’est un peu compliqué ». Certes Christian Gourcuff affirme que « La victoire dans ce contexte a moins de saveur, ce sont des matches sans vie et cela semble casser le rythme ». Mais ceci n’explique  pas tout. Pas que Nantes qui n’avait pas gagné à Geoffroy-Guichard depuis près de 20 ans et jamais mené 2-0 cette saison, regarde aujourd’hui vers le haut, avec sept points d’avance sur Sainté, 15ème !

Les supporters obligés de se scotcher à des écrans ont du mérite s’ils n’ont pas décroché

Quand Claude Puel relève « Dans les moments difficiles pour nous, l’appui des supporters aurait été important », on a envie d’ajouter que ces moments ont été nombreux et bien longs. Les supporters obligés de se scotcher à des écrans ont du mérite s’ils n’ont pas décroché mais on a cru entendre quelques réflexions venant de salons et de bars plombés par une chape de plomb. Les mêmes que celles contenues dans les travées par les rares (on ne dira pas chanceux), personnels autorisés en tribune : officiels, dirigeants ou journalistes. Les Verts de plus en plus pâles ont échappé à des sarcasmes style « c’est la sieste?» ou « c’est une randonnée pour le troisième âge ?» voire « Ils feraient mieux de s’échanger le ballon plutôt que l’adresse de leur coiffeur » et on en passe.Claude Puel a été moins acerbe bien sûr, mais son analyse reste sans concession « C’est une performance insuffisante… Notre entame a été un peu trop académique. Nous n’avons pas mis assez de rythme et pas assez de verticalité avec des appels et du jeu dans le dos ». Loic Perrin n’a pas été plus indulgent «Il nous a manqué de la détermination… Il faut qu’on arrive à faire plus, ce n’est pas assez… On n’a pas été assez dangereux… On a manqué de justesse, notamment dans les derniers centres ou les dernières passes». Reste à trouver la solution. Pour le capitaine qui se prétend « pas inquiet », elle peut venir des retours. On pense à Bouanga, Hamouma, Saliba, Youssouf, Fofana.

Puel semble se poser autant de questions que les observateurs

Mais comment comprendre que Boudebouz soit inefficace, Khazri brouillon, Honorat et Nordin transparents? Doit-on vous parler de Palencia ou Cabaye? Pourquoi tant d’absents? Pourquoi tant d’interrogations sur des écarts de conduite? Pourquoi la mise au placard de Diony, Beric, ou sur la touche de Kolodziejczak, Aholou, sinon Debuchy?

Puel a forcément de bonnes raisons pour lancer des jeunes… et ce n’est pas rassurant. Entre les joueurs victimes de fractures ou claquages, ceux qui sont en méforme, ceux qui n’ont pas le niveau, ceux dont on se demande pourquoi on les a recrutés tout en laissant partir Vagner, Gueye ou même Rocha Santos, ceux qui se dispersent ou ont des soucis personnels, ceux qui manquent de rigueur au quotidien, le Manager de l’ASSE semble se poser autant de questions que les observateurs et il a un œil sur le classement. « Il faut être vigilant surtout parce que c’est un championnat très bizarre, serré et bien sûr qu’on a besoin de se re-situer, de batailler tout simplement. On n’est pas en position de claironner, de définir des objectifs ». Puel attend le retour des blessés « pour retrouver de la cohérence, de la rigueur et de la qualité ». On lui souhaite quand même aussi de trouver un vrai renfort pendant ce Mercato… »

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000