ASSE : l’épidémie de blessures des Verts en questions (1/2)

false

Cette saison, l’AS Saint-Etienne a été particulièrement touchée par les blessures. En moins de cinq mois de compétition près d’une trentaine de soucis sont à déplorer. Questions autour d’un problème qui mine les Verts (1/2)

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

L’ASSE est-elle plus touchée qu’ailleurs ?

OUI. Rudi Garcia qui s’est récemment plaint des blessures qui le frappait à l’OL n’a jamais eu à déplorer plus de quatre absents en même temps. A Saint-Etienne, Claude Puel et son prédécesseur Ghislain Printant ont déjà eu à accuser jusqu’à onze absents en même temps sur un seul match. C’est arrivé lors du match de Metz en début de saison (0-1) et contre Montpellier plus récemment (0-0). Sur les 20 premiers matches de la saison, jamais l’effectif de l’ASSE n’a été au complet. Pire, le club ligérien accuse une moyenne de 7,45 absents par match. Ce qui marque également, c’est que tous les postes ont été touché, même celui des gardiens de but où Stéphane Ruffier et Jessy Moulin se sont retrouvés ensembles sur le flanc.

En Ligue 1, seul le PSG – qui a connu une préparation très compliquée et de nombreux pépins physiques sur ses cadres (Mbappé, Neymar, Cavani, etc.) – rivalise vaguement avec Saint-Etienne. Mais les Verts ont déjà connu 30 pépins différents et c’est surtout la variété de ceux-ci qui interpelle (voir le tableau).

Les soucis sont-ils plus graves qu’ailleurs ?

NON. En terme de gravité et de durée d’absence, l’AS Saint-Etienne a déjà connu pire par le passé. Il ne faut pas oublier que les graves blessures de Gabriel Silva (rupture du tendon d’Achille), Kévin Monnet-Paquet (rupture du ligament croisé), William Saliba (claquage tendineux nécessitant une opération) ou encore Assane Dioussé (complications nées d’une opération du tendon) dataient de la saison passée et s’étendaient sur le début de l’exercice 2019-2020.

Cette saison, seul Monnet-Paquet – victime d’une rechute à l’entraînement – a fait l’objet d’une blessure sur le long terme. Le reste des pépins physiques sont de moyenne envergure. Rares sont les soucis occasionnant un arrêt de plus de trois mois. En même temps, certains cas sont délicats. On pense notamment à Charles Abi ou William Saliba, tous deux victimes d’une fracture du 5e métatarse du pied. Une blessure sur un coup dont la durée d’indisponibilité peut varier et dépasser les trois mois dans certains cas…

Quelles sont les causes de ces blessures ?

TRES DIVERSES. Outre les blessures résultantes de la saison 2018-2019 et qu’il a fallu finir de soigner durant la préparation, l’ASSE a fait face à beaucoup de pépins liés à des chocs. Stéphane Ruffier s’est blessé au doigt dans un duel à la Gantoise, Jessy Moulin a été victime d’une entorse au poignet sur une frappe de Robert Beric à l’entraînement, Sergi Palencia est quant à lui ressorti blessé (entorse) d’un vilain tacle sur la pelouse du Vélodrome. Quant Franck Honorat, il a dû sortir lors d’un match face aux Herbiers en National 2, victime d’une fracture de la mâchoire sur un duel. Et Wahbi Khazri s’est carrément fracturé le 5e métatarse de la main en sélection de Tunisie…

On constate aussi que les joueurs qui ont le plus souffert de pépins musculaires sont ceux qui raté la préparation (Abi était à l’Euro U19) et vécu un exercice 2018-2019 pollué par les blessures (Aholou, Cabaye). Yann Mvila, qui avait enchaîné tous les matches en intégralité durant le début de saison a été victime d’une phlébite au mollet. Enfin, on notera que la neige et l’obligation pour les Verts de s’entraîner sur un synthétique couvert a eu un impact sur les organismes. « J’ai eu des pépins au tendon rotulien. Le synthétique ne m’a pas aidé », a notamment glissé Romain Hamouma, quand Mathieu Debuchy a dû s’arrêter à cause d’un souci à la voûte plantaire et Gabriel Silva a été victime d’une alerte.

Lire la suite du dossier dans But! Saint-Etienne, actuellement en kiosques et sur notre boutique.

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008