ASSE : les 5 choses à attendre du second Mercato
par Alexandre Corboz

ASSE : les 5 choses à attendre du second Mercato

Dans moins d'une semaine, le Mercato de Ligue 1 va ouvrir ses portes pour la deuxième fois. Le point sur ce qu'il peut encore se passer du côté de l'AS Saint-Etienne.

Réaliser une belle vente pour atteindre les objectifs

Avec les cessions de Vagner Dias et Franck Honorat lors du premier marché, l'ASSE a comblé une partie de ses objectifs de ventes. Il reste quand même à trouver entre 7 et 10 M€ correspondant à l'autre partie du déficit de l'exercice 2019-20. Comme il sera difficile de trouver des portes de sortie à tous les dinosaures à qui Claude Puel a ouvert la porte, il faut envisager une ultime belle vente. Celle-ci pourrait intervenir sur Harold Moukoudi, revenu dans de bonnes dispositions à l'Etrat suite à son prêt à Middlesbrough (D2 anglaise). Arrivé libre il y a un an, l'ancien Havrais est valorisé par son club au montant correspondant au déficit restant à combler. Il pourrait faire l'objet d'approches de Premier League. Son départ permettrait à l'ASSE de ne pas se poser de questions sur d'éventuelles offres autour des joueurs que les Verts souhaitent conserver (Bouanga, Fofana).

Effectuer un recrutement low cost en défense

Avec Yvann Neyou au milieu, Adil Aouchiche à la création, Jean-Philippe Krasso devant et Setigui Karamoko dans l'axe défensif, l'ASSE a bien avancé lors du premier Mercato. Il reste cependant un ou deux ajustements à réaliser. Claude Puel n'a aucun budget pour recruter. Le manager général le sait et s'en accommode, prêt à tenter des paris sur des jeunes ne coûtant presque rien au club. S'il parvient à écrémer au poste, Saint-Etienne espère un défenseur gaucher capable d'évoluer dans le couloir (Giannoulis, Opéri, Brassier). Il n'est pas non plus exclu qu'avec la retraite de Loïc Perrin, la fin de prêt de William Saliba et le départ possible d'Harold Moukoudi, un défenseur central soit recherché. Là aussi, un deal supérieur à 1 M€ paraît difficile. Il faudra que la perle rare soit libre ou disponible pour un prêt. Sinon ce sera avec les moyens du bord... Quitte à envisager les reclassements définitifs de Yann M'Vila, Mathieu Debuchy et Timothée Kolodziejczak en charnière centrale.

Faire partir quelques gros salaires et indésirables

Pour que le projet de rajeunissement de l'effectif mené par Claude Puel fonctionne, il faudra accélérer quelques départs. Les gros salaires comme Wahbi Khazri, Yann M'Vila ou Ryad Boudebouz ne seront pas retenus en cas d'offres. Des solutions sont aussi cherchées pour Miguel Trauco, Sergi Palencia ou encore Loïs Diony, des joueurs loin d'être indispensables à l'ASSE actuellement et qui pourrait faire économiser un peu de masse salariale. Gabriel Silva, Alexandros Katranis, Assane Dioussé ou encore Alpha Sissoko font également partie du coup de balai envisagé. Bien évidemment tous ne trouveront pas preneurs mais si Saint-Etienne peut tirer quelques deniers de ces éléments, le club ne s'en privera pas.

Résister aux assauts pour Denis Bouanga et Wesley Fofana

Dans l'esprit de Claude Puel, l'ailier gabonais et le défenseur français font partie de la clé de voûte du nouveau projet. Malgré les sollicitations extérieures (le Milan AC notamment) et les sommes folles évoquées (20 M€ ou plus), le Castrais ne veut pas entendre parler d'un départ de Wesley Fofana, qu'il voit comme le nouveau pilier innamovible de la défense des Verts. Sous contrat jusqu'en juin 2024, le Marseillais est de toute façon dans l'optique de rester. Pour Denis Bouanga, les idées sont moins arrêtées. Claude Puel veut le conserver mais se remettrait plus facilement de son départ si une offre avoisinant les 15 M€ venait à tomber. Si le Stade Rennais semble moins chaud à l'idée de le recruter, d'autres clubs comme Everton ou Nice demeurent à l'affût. A 25 ans, l'ancien Nîmois n'a pas planifié de départ cet été. Il est heureux dans le Forez. Mais Bouanga se montrera à l'écoute si un club de Ligue des Champions venait à se manifester.

Gérer l'épineux dossier Stéphane Ruffier

Dans le Mercato des Verts, le cas Ruffier est à part. Aujourd'hui, le Bayonnais est sans doute le joueur le plus indésirable de l'effectif mais, à un an de la fin de son contrat, l'ancien Monégasque ne compte faire aucun cadeau. Dans ces conditions, une résiliation à l'amiable paraît difficile si le club ligérien ne lui règle pas l'intégralité de sa dernière année de bail. Un départ vers un autre club l'est aussi. Désireux de raccrocher les gants dans un an au plus tard, Stéphane Ruffier – qui est en froid avec Claude Puel – a déjà refusé toutes les sollicitations extérieures. L'ASSE l'a mis à pied et averti pour son comportement sans avoir suffisamment d'éléments pour retenir une faute grave et le licencier. Cette guerre des nerfs qui s'est installée pourrait faire quelques vagues dans le vestiaire. Régler le départ de Ruffier d'une manière ou d'une autre est un chantier de ce deuxième marché d'été...