ASSE : les absences, le PSG, les défaites… Claude Puel fait le tour de l’actualité verte

true

L’entraîneur de l’ASSE, Claude Puel, a fait le point sur l’actualité stéphanoise à 24h du choc contre le PSG au stade Geoffroy-Guichard.

Beaucoup d’absences, encore…

« (Romain) Hamouma ne sera pas présent. (Franck) Honorat ne sera pas présent non plus. Il souffre de la cuisse depuis le dernier match. (Jean-Eudes) Aholou devrait finalement être là. (Miguel) Trauco revient. Si c’est un handicap d’avoir autant de blessés ? C’est comme ça. Je n’ai pas l’habitude de m’apitoyer. C’est toujours le même mort d’ordre : ne pas subir. Mais c’est vrai qu’on aimerait avoir plus de joueurs disponibles, notamment les créatifs. »

Le PSG, un match spécial

« Ce match est une parenthèse agréable dans notre championnat. C’est toujours sympa d’affronter une équipe formatée pour gagner la Ligue des champions. Tous les joueurs ont envie de disputer ce match pour se mesurer et hausser leur niveau de jeu. Cette équipe parisienne permet à d’autres de s’exprimer. C’est elle qui décide. Ce n’est pas un manque de respect par rapport aux autres équipes mais tout dépend si elle laisse la possibilité à son adversaire de s’exprimer ou pas. Le Paris-SG a ce luxe-là. »

L’exploit est possible

« Déjà, c’est un match de football, un sport qui permet toujours d’espérer, même si, sur le papier, il peut y avoir une grosse différence. C’est ça qui fait sa beauté et c’est pour ça que le football est si populaire. Maintenant, on joue dans un volume physique semblable aux autres équipes. Ce n’était pas le cas avant et c’est une base. Il faut performer dans le jeu et ne pas rester cyclique, comme en ce moment. »

« Je veux que mon équipe soit également capable de proposer un beau football. On a amorcé un travail au quotidien pour sensibiliser les joueurs là-dessus. C’est un long chemin car je trouve que certains joueurs manquent encore de qualité et de créativité. On est au début de quelque chose et il reste encore beaucoup de travail. Mais ce groupe travaille, a de l’écoute et un très bon état d’esprit. Les gars ne trichent pas. Ils donnent tout. Après, on constate qu’on n’a pas de marge. »

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001