ASSE : les dirigeants chargent Ghislain Printant et prennent de la hauteur !

true

En marge de l’intronisation de Claude Puel à l’ASSE, Bernard Caïazzo et Roland Romeyer ont pris la parole sur la gestion du cas Printant et la nouvelle organisation.

Ce vendredi après-midi, l’AS Saint-Etienne a improvisé une conférence de presse à 16h30 pour présenter son nouvel entraîneur Claude Puel. L’occasion pour Bernard Caïazzo et Roland Romeyer, pris pour cible par les supporters pour leur gestion, de s’exprimer. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le duo n’a pas déçu… Ne se montrant pas très sympathique à l’égard de Ghislain Printant, l’ancien coach mis à pied à titre conservatoire avant son très probable licenciement.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Printant, « l’erreur de casting » selon Romeyer

Alors qu’un journaliste lui a fait remarquer qu’il y avait eu un manque de respect à l’égard de Printant, qui n’a été prévenu par personne de son débarquement jusqu’au communiqué du club aujourd’hui, Bernard Caïazzo n’a pas voulu rebondir là-dessus, se réfugiant derrière les négociations avec Claude Puel, lequel avait demandé à prendre ses fonctions avant le derby. Roland Romeyer s’est voulu plus disserte parlant d’une « erreur de casting ». « Il y a des décisions à prendre quand ça va mal et dans ce cas nous accentuons nos discussions avec Roland. Roland a dit à Ghislain Printant qu’il y avait des insatisfactions », a poursuivi Caïazzo avant que Romeyer ne confirme l’entrevue suite au match de Metz (défaite 1-0) : « On a parlé sur ce qu’on devait faire. Il m’a dit : « il faut que vous preniez quelqu’un ». J’ai fait ce qu’il m’a demandé de faire. J’ai appelé Bernard pour lui faire part de ça. ».


Le président du Directoire s’est aussi voulu lapidaire à l’égard de Ghislain Printant, lequel n’avait pas les épaules selon lui : « Je n’avais pas choisi Garcia mais j’ai choisi Printant. Dans la vie, il y a de bons numéros 2 et de bons numéros 1. On l’avait surclassé. Gasset l’avait vendu à tout le monde. Donc on n’a contacté personne. On a joué sur la continuité. L’erreur a été faite dès le dernier match de la saison à Angers ». « A partir de maintenant , l’ASSE ne prendra plus de risque. Nous prendrons les meilleurs », envoie Bernard Caïazzo en seconde lame. Le président du Conseil de Surveillance n’a quant à lui pas digéré l’attitude du Montpelliérain, lequel a « refusé la proposition du club de travailler à nouveau avec Jean-Louis Gasset », ruinant au passage ce qui était sa piste prioritaire.

Bernard Caïazzo annonce un nouveau directoire… avec Claude Puel

A l’occasion de cette allocution face aux médias, les deux dirigeants ont annoncé du nouveau dans l’organisation du club. Désireux d’être considéré comme un simple actionnaire plutôt qu’un président, Bernard Caïazzo a annoncé quelques modifications dans le Directoire. Lequel sera composé de quatre membres : Roland Romeyer à la présidence, accompagné de Xavier Thuilot (le nouveau directeur général), de Dominique Rocheteau (qui reste vice-président) et de … Claude Puel du fait de son titre de Manager général. « Pour la première fois en France un club va avoir un manager avec un directoire dont il fera partie et présidé par Roland Romeyer. Vous verrez que, dans le temps, l’ASSE va franchir un palier et atteindre un autre niveau dans les prochaines années », défend Caïazzo.

Particulièrement interventionniste ces derniers mois, Roland Romeyer a également annoncé vouloir prendre de la hauteur : « Les supporters ont une grande importance dans le club. Ils sont plus propriétaires que les deux actionnaires. J’ai vu la dernière manifestation, lors de la dernière conférence de presse, où ils souhaitaient qu’ils y aient un directeur général et que Romeyer prenne de la hauteur. Aujourd’hui, j’ai pris de la hauteur », ajoute-t-il, faisant une boutade sur son strapontin plus haut que celui des autres « huiles » présentes dans la salle de presse.


Retranscription : compte Twitter du Progrès (via Macky Diong) et de France Bleu Saint-Etienne (et quelques propos ajoutés par notre correspondant Laurent Hess).

Arnaud Carond

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008