ASSE : les joueurs, premières victimes du coronavirus ?

true

Le président du conseil de surveillance de l’ASSE, Bernard Caiazzo, a expliqué que les footballeurs étaient malheureux de ne pas pouvoir jouer.

Très présent sur la scène médiatique pour expliquer à quel point la Ligue 1 court un grave danger si la saison 2019/20 ne se termine pas, Bernard Caiazzo commet toutefois quelques impairs. Notamment quand il explique que le football vit une Troisième guerre mondiale alors que le sport passe réellement au second plan dans la crise sanitaire que traverse la planète.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Sur RMC, le président du conseil de surveillance de l’ASSE a aussi quelque peu dérapé en affirmant : « Aujourd’hui, les joueurs sont les plus malheureux du monde. Ils sont malheureux de ne pas jouer, il leur manque l’adrénaline ». Si on voit où il veut en venir, on ne peut partager sa vision du malheur des footballeurs par rapport à celui des proches des victimes ou du personnel hospitaliers.

D’ailleurs, on préfèrera retenir l’intervention du gardien des Verts Jessy Moulin, qui a souligné combien sa position était avantageuse, lui qui a une grande maison avec jardin pour passer le temps avec ses enfants…

Raphaël Nouet

Journaliste à But! depuis 2001