ASSE : les vérités de François Clerc

Avant de se déplacer à Nice dimanche (17 heures), François Clerc a fait face aux médias. L’ancien joueur de l’OL et du Gym balaie l’actualité des Verts. Morceaux choisis.

Les conditions d’entraînement de la semaine

C’est un peu perturbant. Surtout pour la séance de mercredi puisqu’on est resté coincé chez nous. Mardi, les conditions étaient encore bonnes et jeudi, on s’est bien entraîné à Chasse-sur-Rhône. Vendredi, c’était un peu plus en récupération. Travailler sur synthétique couvert, ce n’était pas dérangeant. On va dire que ça change un peu mais ça ne remet pas fondamentalement en cause notre préparation du match de Nice.

Le derby

On a eu le temps de le digérer mais ça a été compliqué. On en a discuté entre nous. Nous avons tous déjà perdus des matchs mais celui-là fait particulièrement mal. Surtout aux vues des circonstances où nous méritions au moins le match nul. Psychologiquement, on a été touché mais on se projette sur le match qui arrive.

Le malaise des quinze dernières minutes

Je ne pense pas que ce soit physique. On ne finit pas les matchs sur les rotules. Contre Lyon, on finit mieux qu’eux. Ils jouent bien le coup. Contre Paris, on termine à dix donc forcément, c’est plus compliqué. Contre Bastia, si l’arbitre ne fait pas l’erreur, nous n’en parlerions pas. Je ne saurais pas expliquer pourquoi la spirale est négative dans ces moments-là. Peut-être qu’il s’agit d’un problème mental, d’un souci de concentration. A force de prendre des buts à la fin, on devient peut-être plus fragile inconsciemment. Cela peut arriver une fois ou deux mais pas aussi souvent. L’an dernier, c’est quelque chose qui ne nous arrivait pas et pourtant l’équipe n’a pas beaucoup changé… C’est quand même paradoxal ! Je pense qu’un jour ça va tourner…

Nice

Cette année, ils sont un petit peu moins bien. Comme nous. Actuellement, ils ont pas mal de blessés et restent sur une série négative. Mais, pour avoir bien connu le club et ce coach, on s’attend à un match compliqué. C’est une équipe qui ne lâche rien et qui réagit bien dans la difficulté. Nice, c’est une des meilleures équipes au niveau de la possession de balle. Ils produisent beaucoup de jeu, qui est efficace sur les côtés, qui centre beaucoup. Quand Cvitanich est là – ce qui n’est pas le cas face à nous – elle fait mal dans ce registre. Mais c’est un groupe solide, qui ne prend pas beaucoup de buts. Ce ne sera vraiment pas simple.

L’Allianz Rivera

Cela fait plaisir de découvrir un nouveau stade. Surtout qu’il semble beau. A Nice, on connait tous l’ambiance. Pour moi, ça fait toujours plaisir de retourner là-bas. Maintenant le plus important sera d’aller chercher un résultat positif là-bas.

Un objectif de points à la trêve

On ne s’en est pas forcément fixé. Aujourd’hui, on a 18 points. Il reste six matchs avant la trêve. Combien il faudrait en prendre d’ici là ? C’est difficile à dire. J’espère que nous parviendrons au moins à passer la barre des 25. L’an dernier, on avait terminé l’année à 27 points non ? Ce serait pas mal de faire au moins aussi bien. Par rapport à l’an dernier, il nous manque une série.