ASSE : les Verts n’ont pas attendu Claude Puel pour se remettre en question 

A l’instar de Denis Bouanga, pas mal de joueurs de l’ASSE estiment que le redressement avait débuté avant l’arrivée de Claude Puel.

Depuis la victoire de dimanche dans le derby (1-0), il n’y en a que pour Claude Puel. Et c’est logique. Il fallait oser reprendre une équipe à 48h d’un choc aussi important face à l’ennemi juré, avec seulement un entraînement pour faire passer ses idées. Il fallait oser aligner Loïs Diony et Charles Abi en attaque, soutenus par un Ryad Boudebouz dans le dur.

Néanmoins, après la victoire sur l’OL, la plupart des Stéphanois se sont accordés pour dire que le redressement avait débuté avant l’arrivée de Puel. En effet, le dimanche précédent, ils s’étaient imposés au courage à Nîmes (1-0) et, en Europa League le jeudi, ils avaient réalisé une très grosse performance mal récompensée face à Wolfsburg (1-1).

« Lors de notre victoire contre Nîmes, la remise en question s’était déjà opérée. On était présent dans le combat », a ainsi assuré Denis Bouanga. Une façon de ne pas enfoncer le pauvre Ghislain Printant, viré sans ménagement par Roland Romeyer et Bernard Caiazzo.

R.N.