ASSE : l’irrésistible ascension de l’ASSE Foot Fauteuils

true

L’ASSE Foot Fauteuils est en tête de la D2. A la grande satisfaction de son coach et de son capitaine, Pascal et Maxime Brousmiche.

But : Maxime, comment abordiez-vous cette journée de championnat à domicile le week-end dernier ?

Maxime BROUSMICHE : On savait que c’était un rendez-vous important mais on ne s’est pas mis la pression. Il n’y avait pas d’appréhension. On a joué relâchés vu que l’objectif du maintien était déjà acquis.

Et ça s’est plutôt bien passé !

Oui. On a gagné trois matches sur quatre. C’était une belle satisfaction. En plus, il y avait une belle ambiance. On remercie tous nos supporters. Ça fait plaisir d’être encouragés comme ça.

Du coup, l’appétit vient en mangeant ?

C’est ça. Dans notre position, on est obligés de penser à la montée ! Tout va très vite. Mais si on nous avait dit ça en début de saison, on ne l’aurait pas cru. On est des promus. On jouait le maintien !

C’est quoi la force de cette équipe ?

La solidarité, avant tout. On est une vraie équipe, une bande de potes. On est cinq. Il n’y a pas de titulaires, de remplaçants. Pour la plupart ça fait quatre ans qu’on joue ensemble. On se connait bien. On s’apprécie. Et sur le terrain, on a des repères. On passe beaucoup de temps ensemble. On rigole bien. Et on est des compétiteurs.

C’est une belle histoire !

Oui. C’est incroyable. On est partis de tout en bas et là on se retrouve aux portes de la D1. La première année, on monte, on perd en finale. En D3, on monte encore alors que ce n’était pas prévu. Et là, on est encore l’équipe surprise. J’espère qu’on va aller au bout.

Les ingrédients pour que ça le fasse, c’est quoi ?

Qu’on reste comme ça. Qu’on ne se mette pas la pression. Il faut qu’on garde ce qui fait notre force : notre solidarité, notre insouciance et notre envie de gagner.

Vous devez être fiers !

Bien sûr. Déjà, on est fiers de porter ce maillot. Et en plus, on gagne. Et il y a un bel engouement autour de nous. Sur les réseaux sociaux, on nous pousse. C’est génial, on a besoin de ça ! C’est là qu’on voit que le peuple vert est vraiment une grande famille. On a tous le même maillot et les supporters ont envie qu’on fasse briller.

 

Pascal Brousmiche : « Les jeunes sont extraordinaires »

But : Pascal, ça y est, votre équipe est lancée pour une nouvelle montée ?

Pascal BROUSMICHE : On verra. Il n’y a encore rien de fait mais ça se précise quand même puisqu’on a 19 points d’avance sur Nanterre, le 3e, alors que les deux premiers montent. On a notre destin entre les mains mais il ne faut surtout pas croire qu’on y est. Au départ, on jouait le maintien. L’objectif est donc atteint. Le reste, c’est du bonus. Si on monte, ce sera la cerise sur le gâteau mais la saison est déjà réussie. Je suis un peu comme Guy Roux moi vous savez ! (rires)

Votre parcours est inespéré…

Bien sûr. C’était déjà inespéré d’intégrer l’ASSE. Mais ces jeunes sont extraordinaires. Ils étaient déjà ensemble à Saint-Just. Cela fait des années et des années qu’ils jouent ensemble. L’ASSE leur a donné plus de moyens et ils sont en train de montrer qu’ils le méritaient.

Quelle est la moyenne d’âge de l’équipe ?

La plupart des joueurs ont entre 14 et 16 ans. Maxime a 21 ans et nous avons recruté Henri Raymond qui a 32 ans. Il nous apporte beaucoup. Quand on a su qu’on montait en D2, on a voulu chercher un joueur d’expérience. Henri a connu la D1. Il habite à Limoges. On est allés le chercher là-bas. Il fait les trajets pour les matches.

Il y a un gros écart entre la D1 et la D2 ?

Oui. En D1, le Top 5, c’est du lourd. Certains joueurs sont champions d’Europe. Il y a aussi des champions du monde avec l’équipe de France. Le niveau est très élevé en France. Et la D1, c’est le gratin. Ce serait génial de pouvoir s’y frotter.

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000