ASSE – Mercato (Débat) : comprenez-vous que l’ASSE envisage de vendre William Saliba ?

Notre débat de la semaine concerne la volonté de l’ASSE de vendre William Saliba, proche de filer à l’Anglaise. Laurent Hess et Alexandre Corboz expriment leur point de vue.

Oui, à mon grand regret

« Comme tout le monde, je déplore que l’ASSE soit obligée de vendre aussi tôt sa pépite William Saliba. Je pense qu’avec une ou deux années d’expérience en plus, il y aurait matière à réaliser un transfert à la hauteur du marché pour un joueur de son potentiel (50 M€ ou plus). Maintenant je pense qu’il s’agissait malheureusement d’un sacrifice obligatoire pour financer un Mercato d’été 2019 très important pour le club.

L’ASSE ne peut pas avoir recours à une ligne de crédit supplémentaire, l’arrivée d’un nouvel actionnaire ne se fera probablement pas l’immédiat, aucun indésirable n’a de réelles valeur marchande… Composer un trésor de guerre en se basant uniquement sur les ventes de joueurs prêtés (Maiga, Lacroix, Tannane, Dioussé) va prendre du temps.

Compter sur le mécanisme de solidarité et les intéressements sur d’autres dossiers (Zouma, Maupay) n’est pas non plus une stratégie viable. Avec la seule vente de Saliba et son prêt dans la foulée, l’ASSE se dotera de moyens pour combler les vides de son effectif… Sans s’affaiblir sportivement en 2019-2020. C’est évidemment une stratégie à court terme mais c’est la seule existante.

Aujourd’hui, il convient de finaliser au plus vite la signature définitive de Timothée Kolodziejczak (Tigres), avancer sur le recrutement d’un latéral gauche, d’au moins deux milieux de terrain…La reprise de l’entraînement est dans deux semaines et je ne pense pas qu’il faille attendre la moitié de la préparation pour finaliser le recrutement sur certains postes. Une campagne européenne, cela se prépare en amont. La vente (trop) précoce de Saliba était un mal malheureusement nécessaire. Après, que l’argent soit bien ou mal réinvesti, c’est une autre histoire… »

Alexandre CORBOZ

Non, il vaudra le double dans un an !

« Honnêtement, même quand les dirigeants ont prolongé Saliba et que le joueur disait qu’il avait envie de rester à l’ASSE, il y a trois mois, je n’ai jamais pensé qu’il ne serait pas vendu dès cet été. Encore moins quand son père a eu cette sortie médiatique où il regrettait que les dirigeants ne voient en son fils qu’un moyen de se remplir les poches.

Cette politique me déçoit moi aussi. Elle me dégoûte, même. L’ASSE est donc aujourd’hui devenue un club qui vend ses meilleurs jeunes dès 18 ans pour boucher ses trous ? Les Zouma, Ghoulam, Guilavogui, on avait quand même pu les voir un peu jouer sous le maillot vert avant de les transférer. Mais ces dernières saisons, on brade un Saint-Maximin, on laisse partir libre un Bamba, et là, on vendrait donc un Saliba, futur international en puissance, pour financer le Mercato…

J’entends qu’il y a des impératifs, qu’il y a eu un emprunt, sans lequel on n’aurait sans doute pas fini 4e de L1 et retrouvé la Ligue Europa. Il avait déjà fallu vendre Selnaes au beau milieu de la saison pour présenter des comptes à l’équipe à la DNCG, ce que j’avais déploré. Mais Saliba, à « Sainté », on n’avait plus vu un défenseur aussi fort depuis Willy Sagnol et il n’a fait qu’une vingtaine de matches ! S’il vaut entre 20 et 30 M€ aujourd’hui, combien en vaudra-t-il dans un an, après avoir brillé en L1 et en Ligue Europa ?

Le lot de consolation serait de le voir encore jouer pendant un an, le temps qu’il s’aguerrisse et apprenne l’anglais ! Mais là non plus je ne suis pas d’accord : cela ne ferait que renforcer la déception de voir un tel joyau s’envoler, si jeune, au nom du sacro-saint foot-business. J’espère au moins une chose, si Saliba est vendu : que le club recrute de jeunes joueurs à fort potentiel, ce qu’il a très peu fait ces dernières années, hormis avec Kévin Malcuit et Harold Moukoudi. Mais Moukoudi, quand il est arrivé, j’ai eu la bêtise de penser que c’était pour préparer l’après Perrin, et non l’après Saliba. Du coup la stratégie à moyens termes, si j’ai bien compris, c’est de vendre Moukoudi dans deux ans, et Charles Abi l’été prochain, c’est bien ça ?»

Laurent HESS