ASSE – Mercato : faut-il accabler David Wantier pour le recrutement ? 

Sur la sellette à l’ASSE, David Wantier peut compter sur Roland Romeyer mais son avenir semble incertain. Il n’est pourtant pas l’unique responsable des Mercatos ratés de ces dernières années.

IL N’A PAS RECRUTE TOUS LES FLOPS

A l’ASSE depuis avril 2015, David Wantier n’a joué aucun rôle dans les arrivées de joueurs comme Nolan Roux ou Jean-Christophe Bahebeck l’été suivant, ou dans celles d’Ole Selnaes et Alexander Söderlund à l’hiver 2016. Les deux norvégiens avaient séduit Christophe Galtier quelques semaines plus tôt quand l’ASSE avait croisé Rosenborg en Ligue Europa. L’été suivant, Galtier a été à l’origine de la venue de Cheikh M’Bengue, et c’est Alain Blachon, puis David Venditelli, qui ont recommandé Léo Lacroix. René Lobello, lui, a conseillé Henri Saivet. En 2017, Wantier a conseillé Jorginho, ce qui lui a valu de se fâcher avec Galtier, lequel avait espérait Anthony Mounier (mais aussi Romain Alessandrini). Et cet été, il a recommandé Assane Diousse et Gabriel Silva, ainsi qu’Alexandros Katranis. C’est Dominique Rocheteau qui a insisté pour Loïs Diony, et David Friio qui a conseillé Saidy Janko.

IL N’A PAS RECRUTE QUE DES FLOPS

A son arrivée, à l’été 2015, Wantier a poussé pour le recrutement de Robert Beric et de Neal Maupay, puis pour celui d’Oussama Tannane l’hiver suivant. Son meilleur coup a été Kévin Malcvuit, recruté pour moins d’1M€ et transféré pour 9 M€ à Lille. Autre satisfaction : le Brésilien Hernani, qu’il a conseillé cet été, en prêt. Wantier a également insisté auprès d’Oscar Garcia pour le prêt de Rémy Cabella, alors que l’Espagnol n’était pas très chaud, car il voulait un attaquant.

IL A PERMIS D’ALLEGER LA MASSE SALARIALE

L’été dernier, Wantier avait pour mission de dégraisser l’effectif. A la demande d’Oscar Garcia, et conformément à la volonté du club d’ouvrir une nouvelle ère, il a trouvé des portes de sorties pour la plupart des indésirables (Roux, Lemoine, Clément, Maupay, Saint-Louis, puis Beric et Tannane), à l’exception de M’Bengue et Söderlund. Cela a permit à l’ASSE d’alléger sa masse salariale de 3 M€, pendant que la balance de son dernier Mercato n’a été déficitaire que d’1 M€. C’est cette gestion qui permet à Wantier d’avoir encore le soutien de Roland Romeyer. Le président du Directoire le sait : hormis Beric et Diousse, le directeur du recrutement n’a pas été partie prenante dans les transferts les plus coûteux de ces dernières saisons.

IL N’A PAS EU LES COUDEES FRANCHES

Romeyer l’a expliqué lors de la conférence de presse tenue avec Bernard Caiazzo avant le match contre Monaco : Wantier a toujours travaillé sous la tutelle des différents entraîneurs. Il n’a imposé aucun joueur ni à Galtier ni à Garcia. Parmi les joueurs qu’il a conseillés, sans que les deux coachs ne donnent suite : Nicolas De Préville, alors à Reims, ou encore le latéral gauche international suédois Ludwig Augustinsson, passé du FC Copenhague au Werder de Brême  l’été dernier. L’ASSE n’avait pas investi sur deux autres joueurs qu’il avait conseillés et qui ont fait leur petit bout de chemin depuis : le défenseur Clément Lenglet, passé de Nancy au FC Séville (pour 6 M€), et l’attaquant Grégoire Defrel, passé de Sassuolo à l’AS Roma (pour 9 M€). Il avait aussi suggéré l’hiver dernier les Lyonnais Tanguy N’Dombélé et Ferland Mendy, alors disponibles à moindre coût. Et c’est aussi lui qui militait pour la venue de Denis Bouanga, l’attaquant de Lorient, l’été dernier.

Laurent Hess