ASSE – Mercato : pourquoi les indésirables de Puel ne rejoindront pas Gasset aux Girondins
par Alexandre Corboz

ASSE – Mercato : pourquoi les indésirables de Puel ne rejoindront pas Gasset aux Girondins

Avec l'arrivée de Jean-Louis Gasset sur le banc des Girondins de Bordeaux, un pont aérien a été imaginé du côté de l'ASSE pour exfiltrer les indésirables de Claude Puel. Une chimère ?

Le retour aux affaires de Jean-Louis Gasset aux Girondins de Bordeaux agite les fantasmes du côté de l'AS Saint-Etienne. Adulé par ses anciens cadres, qui l'ont quasiment tous appelé pour le féliciter ou essayer de se placer, le Montpelliérain peut-il rendre encore quelques services aux Verts et récupérant certains éléments comme il l'a fait avec son ancien staff ? Cela semble quand même très compromis. Décryptage au cas par cas.

A Bordeaux, la priorité reste au dégraissage

C'est un paramètre qu'il ne faut pas omettre : ce n'est pas parce que Jean-Louis Gasset a remplacé Paulo Sousa que Bordeaux va subitement desserrer les cordons de la bourse ! King Street a fixé comme cap de dégraisser l'effectif et d'éponger le déficit. Sur le papier, la situation du club aquitain est même encore pire que celle des Verts avec plus de 30 M€ à rentrer avant d'envisager un seul investissement. C'est d'ailleurs en connaissance de cause que Gasset a accepté la mission, lui qui se retrouve avec une pléiade de néo-pros et un effectif irrégulier en qualité.

Les Girondins ont déjà leurs indésirables à écouler

Avant de songer à récupérer les indésirables de Claude Puel, Bordeaux doit d'abord songé à s'occuper de ses propres joueurs à problèmes. Chez les Girondins, tout doit disparaître ou presque ! Aucun élément, même parmi les plus bankables (Maja, Hwang, etc.) n'est intransférable. Avant l'arrivée de Gasset, Bordeaux souhaitait également se séparer de certains joueurs expérimentés aux salaires à six chiffres comme Paul Baysse. François Kamano, Samuel Kalu, Maxime Poundjé, Youssouf Sabaly, Pablo Castro et bien d'autres sont déjà en trop dans l'effectif.

M'Vila, Khazri et Boudebouz, c'est beaucoup trop cher

Ce n'est pas un secret : Yann M'Vila fait partie de ceux qui ont téléphoné à Jean-Louis Gasset. Les deux hommes s'adorent et Gasset est d'ailleurs largement à l'origine de la signature du milieu de terrain chez les Verts. Mais un transfert du côté de Bordeaux s'annonce très complexe. Trop complexe en l'état même.

Non seulement les Girondins ne paieront pas d'indemnité de transferts sur des joueurs que les Verts ne libèreront pas mais ils ne sont pas non plus en capacité d'offrir entre 190 000€ et 300 000€ de salaire aux joueurs. Comme ni M'Vila, ni Khazri, ni Boudebouz (que Gasset n'a pas eu à l'ASSE mais qui est très proche de Printant) n'ont d'intérêts à baisser leurs prétentions, leur venue semble impossible.

Ruffier, dossier trop complexe

Autre possibilité évoquée : celle de voir Stéphane Ruffier rejoindre Jean-Louis Gasset et son ami Fabrice Grange en Gironde. Numéro 4 à l'ASSE cette saison, le Bayonnais n'a cependant qu'assez peu de chances de se rapprocher de son Pays basque en signant à Bordeaux. Non seulement il faudrait que le capitaine aquitain Benoît Costil plie bagage (ce qui est loin d'être acté cet été) mais il faudrait également que les Girondins soient en mesure de lui offrir un contrat similaire à celui dont il dispose à l'ASSE. Autrement dire en faire le deuxième plus gros salaire du vestiaire derrière Laurent Koscielny. Stéphane Ruffier, qui envisageait initialement de prendre sa retraite en 2021, ne signera sans doute pas un bail de longue durée dans un nouveau club.

Hamouma, le plus abordable des Verts... mais pas indésirable

De tous les noms évoqués, celui de Romain Hamouma est sans doute le plus crédible. D'abord parce que Bordeaux va perdre plusieurs solutions sur les ailes cet été (Kamano, Kalu, etc.). Ensuite parce qu'il est le seul des anciens cadres de Gasset à toucher moins de 100 000€ par mois. Enfin parce que l'ASSE pourrait se résoudre à le libérer de sa dernière année de contrat pour services rendus s'il trouve un club prêt à le sécuriser sur deux ou trois ans. Le natif de Lure apprécie Jean-Louis Gasset et la réciproque est vraie mais Hamouma est aussi très heureux dans le Forez où il envisage une reconversion dès lors qu'il aura raccroché les crampons. L'équation est complexe pour un joueur que Claude Puel n'a pas mis au rebus.