ASSE : moyens, regrets, Romeyer...un ancien patron des Verts s'épanche
par butfootballclub

ASSE : moyens, regrets, Romeyer...un ancien patron des Verts s'épanche

L'ancien directeur général de l'ASSE, Frédéric Paquet, est longuement revenu, pour France Bleu, sur son expérience chez les Verts.

Plusieurs mois, déjà, qu'il a quitté le Forez. Direction le rugby et la Provence afin de reprendre en main un club de rugby de deuxième division. Lui, c'est Frédéric Paquet, ex directeur général des Verts qui, pour le compte de la radio FranceBleu, a tenu à dresser un constat ô combien lucide sur les ambitions du club stéphanois.

"Je n'ai pas de regrets d'être parti. Je retiens le potentiel du club qui aujourd'hui n'a pas les moyens de pouvoir concurrencer le haut du championnat. Pourtant par sa valeur, son histoire et pas mal de gens qui le compose c'est un club qui a un vrai potentiel par rapport au projet qu'il représentait. Le seul regret c'est de ne pas avoir pu aller au bout de ce qui avait été initié. Mais pour mener des projets il faut que tout le monde soit sur la même longueur d'onde et qu'on ait tous envie de la même chose ce qui n'était pas forcément le cas. Il faut savoir rester à sa place : je n'étais que le directeur général, qu'un salarié du club. Il faut aussi être conscient qu'on ne peut pas faire les choses contre la volonté des gens. Quand le constat est fait, on en tire les conclusions."

" Même si on n'a pas toujours été d'accord avec Roland, j'appréciais l'homme et son implication."

Avant que Paquet en dise un peu plus sur sa relation, au quotidien, avec Roland Romeyer, l'un des deux présidents de l'ASSE, au quotidien dans les bureaux de l'Etrat. Instructif, là-encore. "Au quotidien, j'étais en relation essentiellement avec Roland Romeyer. Même si on n'a pas toujours été d'accord avec Roland, j'appréciais l'homme et son implication. Avec ses qualités et ses défauts, il avait une grande qualité c'est qu'il était là. Lorsque les choses n'allaient pas, il prenait des coups et il les assumait. J'ai toujours respecté ça."