ASSE : Nouvelles révélations sur l'affaire du bizutage
par Laurent HESS

ASSE : Nouvelles révélations sur l'affaire du bizutage

Le Progrès révèle de nouvelles informations sur l'affaire du bizutage qui a dérapé le 24 juillet dernier au centre de formation de l'ASSE.

L'affaire fait désordre du côté de l'ASSE et de son centre de formation. Le 24 juillet dernier, jour de la finale de Coupe de France perdue contre Paris (0-1), des violences se sont produites à L'Etrat, où le bizutage de jeunes joueurs stéphanois a dérapé. Le Progrès, ce lundi, apporte de nouveaux éléments, tirés du parquet de Saint-Etienne. Le bizutage a tourné en "violences en réunion" car les trois supposés bizuteurs, âgés de 15 à 17 ans, ont obligé leurs victimes, plus jeunes (entre 14 et 15 ans) à faire des pompes en leur portant des coups sur les épaules, le dos, les mains ou le plexus.

Frappés alors qu'ils faisaient des pompes

« En l'état de nos informations, il n’y a eu qu’un épisode de violences, survenu très peu après la réouverture du centre de formation le lundi 20 juillet », indique le procureur-adjoint de Saint-Étienne, André Merle, dans les colonnes du quotidien régional. Les victimes seraient originaires de la Haute-Loire, du Rhône et de la Drôme. Elles ont eu un jour d'ITT après avoir reçu des coups sur les épaules, le dos, les mains ou le plexus, alors que les agresseurs les obligeaient à faire des pompes.

Les trois joueurs mis en cause sont issus de la région parisienne. Suspendus, ils sont rentrés dans leur famille en Ile-de-France. « Ils seront convoqués à une date ultérieure pour être entendus, les enquêteurs devant au préalable identifier et entendre d’éventuels autres témoins de ces violences », explique Le Progrès.