ASSE – OL (1-0) : comment Claude Puel avait préparé son coup

true

« RMC Sport » est revenu sur les coulisses de la victoire tactique du nouvel entraîneur de l’ASSE, Claude Puel, contre l’OL.

Contraint de préparer son équipe en moins de 48 heures, Claude Puel a réussi un authentique exploit en enlevant le 119e derby ASSEOL (1-0) dimanche soir à Geoffroy-Guichard. Si les joueurs ont « gardé pour eux » (dixit William Saliba), les mots du nouveau coach qui leur ont permis d’aller chercher la victoire, « RMC Sports » est parvenu à obtenir quelques informations sur la préparation d’avant-match.

Il a redonné confiance à tout le monde

Tout d’abord, pour sa première prise de parole à l’issue de sa seule séance d’entraînement dirigée, Claude Puel a axé son discours sur la qualité de ses joueurs plutôt que sur leurs failles du moment. Une manière de les remettre dedans au cœur de cette période compliquée (l’ASSE était 20e au coup d’envoi). « Claude Puel a ainsi demandé à chacun de jouer sur ce qu’il savait faire de mieux, sachant qu’il aurait le temps durant la trêve de corriger les manquements stéphanois », écrit le site internet de « RMC ».

Une compo donnée aux joueurs seulement 2h avant le match

Si Claude Puel n’a rien changé des rituels instaurés par Ghislain Printant les jours de match, ne déplaçant pas la mise au vert de l’hôtel du Golf, ce dernier a su gérer les fuites éventuelles de sa composition d’équipe en n’annonçant que tardivement – à 19h au moment de sa causerie – son onze à ses joueurs (même si certains comme Loïs Diony avaient été prévenus de leur présence en tant que titulaire dès le matin…). Bien évidemment, l’effectif avait pour consigne de ne rien dire, dans l’heure suivant son annonce, sur des cinq changements opérés par rapport à Wolfsbourg. Une consigne respectée par tout le monde.

Concernant son ultime discours d’avant match, Puel a insisté sur l’état d’esprit et l’investissement attendu. « Puel, en 48 heures, s’est contenté de faire passer un message de confiance, de faire des choix visant à attiser l’esprit de revanche de certains et à piquer les autres », analyse « RMC », qui valide à 100% la tactique choisie.

Arnaud Carond

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008