ASSE, OL : Caiazzo dément les propos d’Aulas sur un recours contre l’Etat

true

Alors que Jean-Michel Aulas soutenait hier que Bernard Caiazzo envisageait de demander à l’Etat de combler le manque à gagner des clubs français suite à l’arrêt de la L1, le président de l’ASSE dément vertement.

La cacophonie continue : Caiazzo et Aulas main dans la main pour demandes des comptes à l’Etat, ce serait donc faux… Hier, sur RMC, Jean-Michel Aulas avait prêté à Benard Caiazzo, le président de l’ASSE et de Première Ligue, l’intention de déposer un recours pour que l’Etat dédommage les clubs français. « Il y a une volonté des clubs de L1 d’aller exercer un recours contre l’État à l’initiative de Bernard Caïazzo, qui permet de les regrouper dans cette action, avait soutenu Aulas. À partir du moment où c’est l’État qui a intimé l’ordre d’arrêter le championnat sa responsabilité est engagée et il faut aller lui réclamer les 800 M€ de déficit probable pour l’exercice en cours. C’est peut-être pour cela que la Ministre des Sports dit que ce n’est pas le gouvernement qui a pris la décision. »

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Un plan de relance à l’étude à Première Ligue

Mais aujourd’hui, Caiazzo dément dans un communiqué. Il «(s’)étonne des propos tenus ces dernières heures» par le patron de l’OL. «Il n’entre nullement dans nos intentions d’entrer dans ce type de procédure, affirme-t-il. Conformément à ce que nous avons annoncé il y a quelques jours avec l’Union des Clubs Professionnels de Football, Première Ligue travaille actuellement à l’élaboration d’un plan de relance du football professionnel, privé de recettes pendant cinq mois. Dès que possible, il sera étudié en concertation avec les pouvoirs publics qui sont venus en aide, depuis le début de la crise, à tous les secteurs sinistrés. Seule cette démarche occupe toute notre énergie et tous nos esprits, tournés vers le redressement économique de notre activité et vers la reprise sportive du championnat 2020-21.» L’OL doit défendre sa cause ce mercredi devant le Conseil d’Etat, de même qu’Amiens et Toulouse, relégués en L2.