ASSE – OM : Cette croustillante anecdote que n’oublie pas Elie Baup

Il y a dix ans, en mars 2006, l’Olympique de Marseille disposait de l’AS Saint-Etienne au stade Vélodrome (2-0). Deux buts inscrits par les Marseillais alors qu’ils évoluaient en supériorité numérique.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

C’est l’hebdomadaire France Football qui raconte en détail l’anecdote. O combien savoureuse. Ce soir-là, après un quart d’heure de jeu, le défenseur de l’OM, Renato Civelli, blesse Loïc Perrin après un choc pour le moins rugueux. Elie Baup, alors entraîneur des Verts, décide de faire entrer Fousseni Diawara. Qui tarde à pénétrer sur la pelouse. En deux minutes, alors que les Stéphanois sont toujours à dix, l’attaquant Mickaël Pagis a inscrit deux buts pour l’OM (17e et 19e). Le match est plié. Elie Baup : « Diawara s’aperçoit, et nous avec, qu’il n’a pas son maillot sur lui. Le kiné part le chercher au vestiaire mais c’est fermé et il doit revenir pour chercher la clé et c’est finalement notre intendant qui va le récupérer. À chaud, après le match, puis à froid, plus tard, nous avions discuté. C’est un souvenir difficile. C’était compliqué pour lui, il s’était confondu en excuses, il était malheureux. »

« Des gars qui n’étaient pas chaussés ou qui portaient des boots, l’hiver, à la place de leurs crampons »

Et Elie Baup de conclure, toujours pour France Football : « On ne s’imagine pas devoir contrôler si tous ses joueurs ont enfilé leur maillot…  À une époque, j’avais déjà vu parmi des remplaçants de l’équipe d’en face des gars qui n’étaient pas chaussés ou qui portaient des boots, l’hiver, à la place de leurs crampons. » Reste à savoir si Diawara, même avec des boots, aurait pu éviter aux Verts d’en prendre deux une fois sur la pelouse…

Benjamin Danet

Journaliste et Directeur Général de But!