ASSE : où va l’argent des transferts ? Un dirigeant répond

C’est l’une des critiques les plus souvent formulées par les supporters stéphanois : l’enveloppe consacrée au recrutement apparaît bien mince pour un club qui a vendu Aubameyang, Ghoulam, Guilavogui ou Zouma au prix fort ces dernières années. Dans “L’Essor”, le directeur général de l’ASSE, Stéphane Tessier, a justement expliqué comment était utilisé l’argent des transferts : “Toutes les ventes sont réinjectées dans le projet sportif. Sur une base 10 M€ de vente, 2,5 M€ va à la structure du club, son désendettement, la création de produits ; 5 dans l’acquisition de joueurs ; 2,5 dans la masse salariale. Contrairement à ce qui est dit, nous avons malgré tout une politique d’acquisition dynamique : Corgnet, Hamouma, Tabanou, Erding, c’est 4 à 7 M € pour chacun ces dernières années. Leur amortissement annuel se répercute”.

“L’objectif, c’est ne plus avoir à vendre pour équilibrer nos comptes”

Tessier révèle également que les bons résultats sportifs des hommes de Christophe Galtier ne constituent pas forcément une bonne nouvelle pour le comptable du club : “La masse salariale est toujours plus pesante malgré la mise en place depuis plusieurs années, dans le cadre de la politique antidéficitaire, du fameux salary cap à 90.000 € par mois. Pourquoi ? D’abord, parce que ce plafond peut être largement dépassé par des primes en cas de bons résultats. Et depuis 3 ans, l’ASSE a de bons résultats. Ensuite, parce que là où nous avions en gros 12 bons joueurs de L 1 il y a 5 ans, aujourd’hui, il y en a 18”. Le président du Conseil de Surveillance, Bernard Caiazzo, tient tout de même à rassurer les supporters : “Notre objectif, c’est de ne plus avoir à vendre des Payet, Matuidi, Zouma, Goulham, Aubameyang pour équilibrer nos comptes”.