ASSE : palmarès, points forts, points faibles… La piste Oscar Garcia au crible

Si l’AS Saint-Etienne a reçu plus de 100 candidatures pour prendre la suite de Christophe Galtier, les dirigeants stéphanois ont resserré leurs pistes à trois noms. Focus sur les pistes les plus avancées. Second volet : Oscar Garcia (Red Bull Salzburg, 44 ans).

Son palmarès :

Jeune entraîneur au plus haut niveau, Oscar Garcia Junyent (de son nom complet) a quitté son rôle d’éducateur à la Masia qu’en 2012. S’il n’a rien ramené de sérieux durant ses trois premières années loin de Barcelone entre 2012 et 2015 (passage au Maccabi Tel Aviv deux fois, à Brighton et Watford), l’Espagnol peut se targuer d’avoir remporté deux fois le titre de champion d’Autriche (2016, 2017) ainsi que la Coupe nationale à deux reprises.

Ses points forts :

Parlant parfaitement français (sa femme étant française), le Catalan a su séduire les dirigeants stéphanois au cours de son audition. Désireux de quitter le Red Bull Salzburg, club réservoir de l’équipe allemande de Leipzig, Oscar Garcia a bien étudié le jeu et les joueurs stéphanois avant de se présenter à l’entretien et semble très motivé. D’un point de vue purement technique, il correspond aux souhaits de l’ASSE, désireux de miser sur un coach offensif. Disciple de Johan Cruyff, le coach du Red Bull prône un jeu très offensif avec un pressing total. Balayé par son équipe, l’OGC Nice a pu s’en rendre compte cette saison en Ligue Europa. Dans le projet qu’il aurait présenté aux dirigeants, il prônerait un vaste chambardement de l’effectif. Forcément nécessaire pour redynamiser le vestiaire et entamer un nouveau cycle.

Ses points faibles :

Outre le fait qu’il soit encore sous contrat au Red Bull pour un an et donc pas libre de s’engager gratuitement où il le souhaite, Oscar Garcia ne connait pas grand-chose de la Ligue 1. Un championnat très différent de l’Autriche, l’Israël, l’Angleterre et l’Espagne. Même en tant que joueur, l’ancien milieu offensif du Barça n’y avait jamais mis les pieds. Il pourrait être surpris. De plus, le natif de Sabadell veut venir avec une partie de ses adjoints, ce qui obligerait Roland Romeyer a trouvé des solutions de reclassement au staff actuel de Christophe Galtier… Ou à résilier leurs contrats.

Chances que ça se fasse : 60%

A priori, si ça ne se fait pas avec Claude Puel, le Catalan arrive en second choix des dirigeants. Reste qu’il faudra banquer pour le faire venir et régler les soucis autour de la composition de son futur staff. Roland Romeyer, qui a déjà payé pour le départ de Christophe Galtier, privilégiera la solution la moins onéreuse possible.

Alexandre CORBOZ

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008