ASSE : Puel, pourquoi il faut lui faire confiance
par Laurent HESS

ASSE : Puel, pourquoi il faut lui faire confiance

Claude Puel va démarrer sa première saison entière sur le banc de l'ASSE le 21 août à Marseille. Son expérience parle pour lui, son projet aussi. Et il a les coudées franches...

Il a réussi partout (ou presque) où il est passé

Claude Puel baigne dans le microcosme du football français depuis 1979, l'année de son premier contrat professionnel avec l'AS Monaco. Joueur, il fut fidèle toute sa carrière au club du Rocher, disputant au total 600 matches (1979-1996). À l'issue de sa carrière monégasque, il intégra le staff de l'équipe première comme préparateur physique, puis entraîneur de l'équipe réserve. Et dès sa première année en tant que numéro un, il fut sacré champion de France (1999-2000), avec des joueurs tels que Giuly, Gallardo, Trezeguet ou bien encore Simone. L'aventure à l'ASM s'achèva en 2001. Il s'engagea alors avec Lille, où il mit en place une politique de jeunes, en raison des difficultés financières que le club nordiste rencontrait à l'époque. Son projet fut bâti sur du long terme avec une grande réussite à la clé, avec deux qualifications en Ligue des champions et une deuxième place en L1 en 2005, derrière Lyon.

Après ses six années passées dans le Nord, Puel succéda à Alain Perrin à l'OL (2008-2011) où il ne parvint pas à remporter un 8e titre de champion de France consécutif, mais il guida néanmoins les Gones jusqu'en demi-finales de la C1 en 2010. Passé ensuite par l'OGC Nice (2012-2016), il termina 4e de L1 la première année, une place synonyme de qualification pour la Ligue Europa, malgré peu de moyens. Enfin, à l'été 2016, Puel traversa la Manche pour rejoindre le club de Southampton avant de rejoindre Leicester. Deux premières expériences mitigées à l'étranger puisqu'il fut démis de ses fonctions par les Foxes en février 2019.

Il a pu faire sa préparation et choisir ses hommes

Arrivé à l'ASSE en octobre dernier pour succéder à Ghislain Printant, Claude Puel avait débarqué en pleine saison, héritant d'un effectif pléthorique et d'une équipe alors classée 17e de L1. Pas évident... Mais cette saison, le Castrais peut travailler avec ses joueurs dès la préparation estivale. Et remodeler son groupe, même s'il dispose de faibles moyens finnanciers pour recruter. Puel n'a pas hésité à pousser une dizaine de joueurs vers la sortie, déjà, et d'autres devraient suivre.

Il a les coudées franches

Jamais un entraîneur n'avait été aussi bien rémunéré à l'ASSE (200 000 € mensuels), et Puel a également intégré le Board du club, au même titre que Xavier Thuilot, le Directeur général, qu'il a imposé à Roland Romeyer et Bernard Caiazzo, à son arrivée. Puel s'est entouré d'un autre ancien compère lillois en la personne de Jean-Luc Buisine, directeur de la cellule de recrutement, venu remplacer David Wantier, écarté par le Castrais.

Il a déjà fait des choix forts

Autre victime de l'ancien monégasque : Fabrice Grange, le très controversé entraîneur des gardiens, remplacé par André Biancarelli, que Puel avait connu sur le Rocher. Et Puel a été suivi par la direction quand il a voulu écarter Stéphane Ruffier, puis le sanctionner après les propos de son agent et certains écarts de conduite, malgré le salaire du Basque.

Un projet sur du long terme, des jeunes qui poussent et des recrues prometteuses

A l'inverse de Jean-Louis Gasset lors de son opération sauvetage il y a deux ans et demi après l'intermède Oscar Garcia, Puel est là pour reconstruire. S'il doit encore composer avec certains joueurs sous contrat, il souhaite pérenniser en développant des jeunes. Après Yvann Maçon (Dunkerque, National) en janvier, les arrivées de Jean-Philippe Krasso (Épinal, N2), Setigui Karamoko (Béziers, National), Yvan Neyou (Sporting Braga B) et celle d'Adil Aouchiche (PSG) cet été valident l'orientation donnée. Et Puel, après Wesley Fofana, Charles Abi et Mahdi Camara, compte ouvrir la porte à d'autres espoirs du club, à l'image de Maxence Rivera, Lucas Gourna-Douath et Aimen Moueffek, auteurs d'une campagne de matches amicaux intéressante.

Il devrait pouvoir compter sur Fofana et Bouanga. Et il a convaincu Aouchiche

Déçu que l'ASSE ait dû vendre William Saliba à Arsenal l'été dernier, Puel écarte toute idée de transfert de Wesley Fofana. Et il compte aussi s'appuyer sur Denis Bouanga, son meilleur buteur la saison passée (12 buts). Les deux joueurs sont convoités. Adil Aouchiche l'était aussi. Mais il a choisi de rejoindre l'ASSE pour le projet piloté par Puel. Un projet dans lequel la pépite de 18 ans est promise à un rôle important.

La finale de Coupe de France peut servir de référence

Même si les Verts se sont inclinés en finale de Coupe de France contre le PSG (0-1), sur un but de Neymar, leur prestation au Stade de France a séduit. Des joueurs comme Jessy Moulin et Yvan Neyou ont parfaitement justifié la confiance de Puel, et l'ensemble de l'équipa a été à la hauteur de l'événement. Après un exercice 2019-20 très compliqué, conclu à la 17e place, l'ASSE a montré face à l'ogre parisien une qualité de jeu et un état d'esprit qui semblent indiquer qu'elle est sur la bonne voie. Et que la greffe Puel commence à prendre, comme on a encore pu le constater contre Bordeaux (4-2) samedi dernier.