ASSE : Rafik Allaf explique comment il a recruté Wesley Fofana

true

Ancien recruteur des Verts dans le Midi, Rafik Allaf est à l’origine de l’arrivée de Wesley Fofana à l’ASSE, recruté au nez et à la barbe de l’OM et d’autres clubs de L1.

But : Rafik, quand avez-vous vu Wesley Fofana pour la première fois ?

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Rafik ALLAF : Quand il avait 12 ans, à Air Bel. Il m’a plu tout de suite. Il était grand, élégant, propre dans ses ressorties. Il dominait. Très bon de la tête, techniquement au dessus pour le poste. J’ai senti immédiatement le potentiel. Après, je suis retourné le voir. Il a confirmé. Mais je savais déjà.

Et ensuite ?

Ensuite je l’ai convoqué pour un premier essai à l’Etrat en août 2012. C’est un 2000. Il n’avait pas encore 13 ans. Et derrière, il a fallu faire vite.

Pourquoi ?

Parce que j’ai eu vent que Marseille voulait le récupérer, Bordeaux, Monaco aussi. On a voulu me court-circuité en faisant croire à son entourage que l’on n’en voulait plus ! Mais un membre de mon réseau m’a averti et j’ai appelé Gérard Fernandez en urgence.  Gérard m’a rejoint sur une aire d’autoroute un peu avant Lyon pour m’apporter un ANS (ndlr : Avenant de non sollicitation). En rentrant, j’ai appelé le grand-père, qui s’occupait de Wesley. On a signé l’ANS chez lui a Vitrolles en présence de mon ami Kader. Je me souviens que le grand-père avait sorti le Champomy !

Comment le joueur a-t-il pu passer à travers les mailles du filet, pour l’OM ?

Parce qu’on a été plus réactif et que Wesley a toujours montré le désir de venir à Saint-Etienne. Je pense que le relationnel a fait la différence. ça a bien accroché avec nous. Il y en a d’autres. Je pense à Bilal Benkhedim, à Madhi Camara et au petit Sarahoui qui va arriver cet été. Il est capitaine du Pôle Espoirs à Aix, un beau joueur.

Sa trajectoire vous surprend ?

Pas du tout. Wesley a de grosses qualités. Il a la mentalité. C’est un guerrier. S’il se canalise un peu, il peut faire une belle carrière. Il est encore un peu fougueux, impulsif, et ça peut lui jouer des tours. Mais à 19 ans, il montre vraiment de belles choses. Il a de la personnalité, une prestance. Sur le terrain, on le voit. Il prend de la place. Il n’hésite pas à aller de l’avant.

Pensez-vous qu’il pourrait jouer au milieu ?

Je ne sais pas. En sentinelle peut-être car il a une bonne technique, une bonne lecture du jeu. Mais en relayeur, plus haut, je ne sais pas. Là, quand il s’intègre au milieu, il part de derrière. Il arrive lancé. Il ne serait pas toujours face au jeu en jouant plus haut et peut-être que ça poserait problème.

On parle de l’intérêt de clubs anglais, Everton notamment…

J’ai vu ça. Ce n’est pas étonnant. Ça va vite, regardez Saliba. Quand un jeune est bon, il y a vite des clubs qui se mettent dessus

Laurent HESS

Journaliste à But! depuis 2000