ASSE, RC Lens – Mercato : John Bostock, la belle affaire pour les Verts ?

A l’affût de bonnes affaires pour la saison prochaine, l’ASSE serait sur les rangs pour John Bostock (RC Lens, 25 ans).

La direction étant en quête d’un nouvel entraîneur pour succéder à Christophe Galtier, les dossiers du mercato sont un peu en stand-by actuellement. Néanmoins cela n’empêche pas la cellule de recrutement dirigée par David Wantier de s’activer et de rechercher les meilleures solutions pour pallier aux (nombreux) départs attendus. Dans l’entrejeu, les Verts vont bouger. Si, sauf surprise, Ole Selnaes et Vincent Pajot seront toujours là, ce ne sera plus le cas de Jérémy Clément, Fabien Lemoine, Benjamin Corgnet et Henri Saivet. “Sainté” n’est pas non plus assuré de conserver Jordan Veretout (prêté par Aston Villa) et le cas Bryan Dabo dépendra de l’identité du futur technicien. Le milieu de terrain sera donc l’un des grands enjeux de l’été.

Un profil atypique élu meilleur joueur de Ligue 2

Comme indiqué par La Voix du Nord la semaine dernière, l’A.S.Saint-Etienne serait sur les rangs pour accueillir John Bostock. Révélé cette saison en Ligue 2, l’Anglo-Trinadadien du RC Lens a le profil de la bonne pioche. Apparu à 32 reprises toutes compétitions confondues (6 buts, 4 passes décisives), le joueur débauché du côté de Louvain pour à peine 150.000€ a vite convaincu tous les observateurs et même ses adversaires qui l’ont désigné meilleur joueur du championnat lors des Trophées UNFP.

Milieu esthétique doté d’une grosse qualité technique et d’une adresse remarquable sur coups de pied arrêtés, John Bostock est parvenu cette saison à chasser “sa peur de l’échec”, qui le poursuivait depuis ses débuts précoces à Crystal Palace et son transfert remarqué à Tottenham en 2008 alors qu’il n’avait que 16 ans. A l’époque courtisé par le Barça, le Londonien avait fait le choix de rester en Angleterre mais son aventure chez les Spurs avait été particulièrement chaotique avec des prêts sans lendemains un peu partout  (Brentford, Hull City, Sheiffeld Wednesday, Swindon Town, Toronto FC). Relancé en L2 belge en 2013, d’abord au Royal Antwerp puis à Louvain, celui qui est également suivi par le SCO Angers avait alors convaincu Didier Sénac (recruteur du RC Lens) de miser sur lui. Le meilleur coup réalisé par le Racing à l’été 2016.

Un prix difficile à estimer

Pour s’attacher les services de ce “baroudeur” du football britannique, l’ASSE devra néanmoins sortir le carnet de chèques. Sous contrat jusqu’en juin 2019, celui qui a choisi la nationalité de Trinité-et-Tobago dans l’espoir de pouvoir disputer une Coupe du monde un jour n’est pas fermé à un départ comme il l’avait confié en mars dernier : “Concernant mon avenir, je suis professionnel depuis 10 ans et je sais que l’on ne peut prévoir quoi que ce soit dans le football. Mon contrat va jusqu’en 2019 et mon objectif est de monter en L1”. Le RC Lens n’étant pas parvenu à atteindre son objectif, la porte est donc ouverte, d’autant plus que les “Sang et Or” auront besoin de liquidités pour financer leur mercato et éponger des comptes structurels déficitaires. Combien vaut Bostock aujourd’hui ? C’est toute la question. S’il a remporté le Trophée UNFP et donc valorisé son image auprès des recruteurs, il n’a pas fini la saison de la meilleure des manières, mieux muselé par ses adversaires depuis le début de l’année 2017 et blessé lors du sprint final. Le tarif dépendra surtout de l’offre et de la demande ainsi que des moyens de ses quelques courtisans britanniques (les Queens Park Rangers notamment). Transfermarkt.de l’estime à 2 M€. Gervais Martel en souhaitera sans doute beaucoup plus…

Alexandre CORBOZ