ASSE : Sochaux, mise à l’écart, Bournemouth… Les vertes vérités de Max-Alain Gradel

Dans un entretien accordé à So Foot Club, Max-Alain Gradel a livré quelques vérités sur son passage à l’AS Saint-Etienne. L’attaquant ivoirien de Bournemouth a notamment lâché quelques infos croustillantes.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

1/ Il aurait dû aller à Sochaux et non chez les Verts

« A la base, je devais aller jouer à Sochaux. J’étais en Suisse pour un match avec les Eléphants. A ce moment, un agent est venu me voir à la dernière minute pour me dire que Saint-Etienne me voulait. Sans manquer de respect à Sochaux, en matière de supporters ou de palmarès, Saint-Etienne, ce n’était pas la même chose. Je n’ai pas hésité. Il n’y avait pas à réfléchir. »

2/ L’après-derby du 10 novembre 2013 (but de la défaite concédé suite à une perte de balle)

« Le président Caïazzo m’a fusillé à la radio. Le coach suit le mouvement, normal. A ce moment, je n’étais plus le bienvenu, je n’étais même plus dans le groupe. C’était très dur mais je n’ai pas voulu abandonner. J’ai dit à mon agent : « Je ne dois pas quitter Saint-Etienne comme ça, pas maintenant. » J’étais dans le dur, il y avait une injustice à réparer, et ça ne pouvait se faire que contre Lyon. » Ce qui s’est passé avec son but victorieux au retour à Gerland.

3/ Sa signature à Bournemouth, tout sauf pour l’argent

« Cet été, j’ai reçu des offres du Qatar, c’était dix fois mon salaire. En Angleterre, c’est vrai que je gagne plus qu’à Saint-Etienne, mais ce qui m’a plu avant tout, c’est l’ambition du club et son projet.  Ce n’est pas parce que tu es promu que tu ne peux pas avoir d’ambitions. Regardez mon ancien club Leicester : l’année dernière, ils ont galéré, et aujourd’hui, ils jouent le titre. Bournemouth, c’est pareil, ils ont récemment recruté en prêt Juan Iturbe, avec une option d’achat fixée à 22 M€. C’est quand même ambitieux. Vous voyez un club de L1 hormis le PSG faire ça ? »

Alexandre Corboz

Journaliste à But! depuis 2008