ASSE, Stade Rennais – Mercato : un ex-Helvète a refusé des propositions pour devenir dirigeant en France

true

Après avoir pris sa retraite, Gelson Fernandes, ancien de l’ASSE, s’est exprimé sur son après-carrière qu’il espère dans le football.

Tout juste retraité des terrains, Gelson Fernandes a écumé les pays durant sa carrière. Désormais, l’ex-milieu de terrain infatigable, qui a évolué en Ligue 1 à l’ASSE (2009-2012) et au Stade Rennais (2014-2017), veut prendre le temps de savourer.

A lire aussi : Tous les articles sur l'ASSE

Dans un entretien accordé au journal suisse Le Matin, Gelson Fernandes a évoqué la petite mort du footballeur. Un cap à passer pour chaque joueur qui stoppe sa carrière professionnelle : « Même si c’est ce que j’avais choisi parce que je voulais arrêter au plus haut niveau, je redoutais. J’appréhendais même cette « dernière fois », de vivre ce moment qui ne reviendra plus. Et cela n’a pas été simple du tout. Quand le coach de l’Eintracht Francfort a fait sa dernière causerie et qu’il a ensuite parlé de moi, j’en ai même chialé… Je déteste les au-revoir. J’ai fait une carrière sans pied gauche, sans jeu de tête, sans jeu long, sans frappe… mais j’avais la tête et le cœur ! »

À 33 ans, le Suisse va découvrir le restant de sa vie. Avec son expérience écumée dans beaucoup de clubs, et son parcours de globe-trotter (il a joué dans 6 pays), le profil de Fernandes est scruté avec attention. Il a déjà refusé des propositions dont certaines de France. « Plusieurs clubs, notamment en France, m’ont proposé d’endosser un rôle de directeur sportif, se réjouit Fernandes. Mais, j’ai décliné leurs propositions pour demeurer auprès de ma fille. Elle a besoin de son papa. »

Néanmoins, l’ex-Vert veut demeurer dans le gratin du football européen. « Je vais aller visiter plusieurs grands clubs en Europe afin d’apprendre auprès des personnes qui sont compétentes. Aujourd’hui, je repars presque à zéro. A l’avenir, je veux continuer à prendre du plaisir. Travailler pour un grand club, c’est mon objectif. Les équipes qui prennent l’option de jouer pour gagner finissent toujours par l’emporter et être récompensées sur la longueur. »