Stade Rennais - Stade Brestois (2-1) : Pierre Ménès tacle Doku et s’inquiète pour les Rennais
Jérémy Doku (Stade Rennais)Credit Photo - Icon Sport
par Bastien Aubert
FUTUR PROCHE

Stade Rennais - Stade Brestois (2-1) : Pierre Ménès tacle Doku et s’inquiète pour les Rennais

Avant d’affronter Chelsea puis le PSG, Pierre Ménès n’est pas totalement rassuré par la victoire poussive du Stade Rennais contre le Stade Brestois (2-1).

C’est ce qu’on appelle « assurer l’essentiel. » Poussés dans leurs derniers retranchements par le Stade Brestois samedi au Roazhon Park, les hommes de Julien Stéphan ont réagi pour finalement s’imposer grâce à Damien Da Silva et Nayef Aguerd (2-1). Pierre Ménès n’a pas été convaincu par ce qu’il a vu, notamment en attaque où Jérémy Doku semble un peu individualiste. 

« Rennes s’est retrouvé mené par Brest une première période très poussive offensivement, lors de laquelle on n’a quand même pas vu beaucoup de lien entre Del Castillo, Doku qui avait en permanence la tête dans le guidon et Guirassy qui faisait ce qu’il pouvait seul en pointe, a-t-il analysé sur son blog. Les joueurs de Stéphan s’en sont remis aux coups de pied arrêtés pour gagner ce match, avec deux buts de sa charnière centrale. Maintenant, l’impression laissée par les Rouge et Noir n’est pas franchement convaincante. Mais c’est un peu normal. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU STADE RENNAIS

« C’est suicidaire dans cette période »

Pour expliquer le coup de mou du Stade Rennais dans le jeu, le consultant de Canal+ s’en remet à la cadence infernale liée au calendrier resserré en raison de la crise sanitaire. « L’équipe enchaîne les matchs, il y a des blessés et cela commence à tirer dans les jambes, poursuit Ménès. Et la semaine prochaine, le programme des Rennais s’annonce copieux avec un déplacement à Chelsea en Ligue des Champions et un autre au Parc en championnat. C’est suicidaire dans cette période : +42% de blessures en Premier League depuis le début de la saison. À force de traiter les joueurs comme des machines, il ne faut pas s’étonner de voir les machines péter. »