Julien Stéphan
Julien StéphanCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
MELTING-CLUBS

Stéphan et Fonseca enragent contre l'arbitrage, cellule de crise à Bordeaux

Si But! Football Club traite en premier lieu l'actualité de certaines équipes de l'élite, nous avons décidé de vous faire un résumé de ce qu'il s'est passé aujourd'hui dans l'autre partie – moins médiatique – de la France du football.

Zapping But! Football Club Top 10 : les joueurs les plus fidèles en Ligue 1

AS Monaco : Hütter voit un axe d'amélioration après Lens

Très heureux de la victoire de son équipe à Bollaert (3-2) hier soir, l'entraîneur de l'AS Monaco, Adi Hutter, est tout de même trouvé un axe d'amélioration pour son équipe : "Quel match entre ces deux équipes ! Un gros match, les Lensois se sont battus jusqu’à la fin après 120 minutes. On a vu deux différentes mi-temps. On a dominé la première, on méritait d’être devant au score. La deuxième a été plus serrée, on s’est très bien battus. C’est une victoire très importante. C’est toujours difficile d’analyser les rencontres juste après, on a très bien commencé, similaire à janvier en coupe, c’était plus difficile en deuxième. À nous de nous améliorer dans le jeu vers l’avant, pour mieux finir nos actions".

Stade Rennais : Stéphan enrage contre l'arbitrage...

C'est un Julien Stéphan très remonté qui s'est présenté devant les médias hier soir, après que le PSG a égalisé contre son Stade Rennais au bout des arrêts de jeu sur un pénalty pas évident : "La performance des joueurs, plus la manière dont on prend ce penalty nous frustre évidemment. C’est des "pénalties grande équipe" ça, ou dans certains stades, pas partout (sourire). C’est dommage. Parce que ce que les joueurs ont fait tout au long du match aurait mérité une victoire. Une décision en a décidé autrement".

...Fonseca (LOSC) aussi

A l'instar de son gardien, Lucas Chevalier, l'entraîneur du LOSC, Paulo Fonseca, n'a guère goûté l'arbitrage du match à Toulouse (1-3) : "C’est difficile de comprendre l’arbitre sur ce match... Ses décisions ont changé le match. Sur le premier but, il y a faute très clairement avant le corner. Ensuite, il y a le pénalty et le troisième but, c’est incroyable... Nous avons l’image avec la ligne, c’est facile de voir qu’il y a hors-jeu. Je pense qu’on a perdu, mais avec trois décisions qui ont changé le match. C’est difficile d’avoir autant de décisions contre Lille. Aujourd’hui, il y a trois décisions qui changent le match. C’est pourtant facile de le voir, vous avez les images... C’est clair que tout ça a perturbé mon équipe. Ce n’est pas fair-play, car en ce moment, il y a beaucoup de décisions contre Lille quand on regarde notre classement".

MHSC : Sacko poussé vers la sortie ?

Buteur contre son camp hier contre l'OM (1-4), Falaye Sacko a eu droit aux foudres de l'insider Mohamed Toubache-Ter sur X. A la pause, ce dernier a d'abord écrit : "C’est un putain de scandale d’être aussi apathique sur le plan défensif. C’est un putain de scandale de persister à relancer court alors que tu sais pas faire. C’est un putain de scandale de voir deux défaillances personnelles ruiner les efforts de tout un collectif". Et au cas où on aurait un doute sur le fait qu'il ciblait Sacko, Toubache-Ter a écrit après son but contre son camp : "Ça sera sûrement ton dernier CSC… le club veut te vendre !!!". Pour rappel, l'ancien Stéphanois était rentré en retard de la CAN, ce qui avait déjà provoqué la colère de Michel Der Zakarian et des dirigeants héraultais.

TFC : Nicolaisen ne comprend pas les deux visages de son équipe

Dimanche, le TFC a battu le LOSC (3-1) après avoir montré deux visages très opposés. Décevants en première période, les Violets ont été incisifs en seconde, malgré la fatigue européenne. Au micro de Prime Vidéo, le défenseur central Rasmus Nicolaisen a été interrogé sur ce changement à la pause et il n'a pas su quoi répondre : "Je ne saurais pas trop expliquer ce qui a pu se passer, c’est le football parfois… On n’était pas fiers de ce que nous avons montré en première période. Les choses peuvent changer à la mi-temps, ça a été le cas. On voulait vraiment renverser le scénario et le match. C’est ce qu’on a fait en marquant trois fois. C’était très important de gagner chez nous, devant nos supporters. Ces derniers mois, on a vraiment bien progressé et on montre de très bonnes choses ces derniers temps"

Mais aussi...

Girondins de Bordeaux : cellule psychologique pour Elis

Victime d’un choc à la tête avec le défenseur de l’En Avant Guingamp Donatien Gomis après 34 secondes de jeu (1-0), Alberth Elis a été victime d’un traumatisme crânien qui a amené les équipes médicales à le placer dans un coma artificiel. L’attaquant des Girondins de Bordeaux a été opéré avec succès dans la nuit de samedi à dimanche. Le risque qui entoure son état de santé serait moins important qu’il ne l’était samedi soir, mais, comme l’a souligné le club, Elis n’est pas encore tiré d’affaire pour autant. « Si c’est un hématome sous-dural ou extra-dural, c’est plutôt rassurant parce que c’est en dehors du cerveau, souligne dans L’Équipe un neurologiste spécialiste des commotions cérébrales. Si c’est intracérébral, c’est plus embêtant parce que ça veut dire que c’est un choc qui a abîmé la structure du cerveau. »

A priori, l’opération subie par l’attaquant aurait consisté à évacuer l’accumulation de sang qui lui comprimait le cerveau pour que ses fonctions essentielles ne soient pas endommagées. Les réactions de l’attaquant à son réveil et l’imagerie de son cerveau une fois que l’hématome aura diminué doivent déterminer quels sont les risques d’éventuelles séquelles ou non. « Nous remercions chaleureusement toutes celles et ceux qui ont manifesté leur soutien à Alberth et à ses proches, en particulier les clubs partout en France. Vos mots nous font chaud au cœur et sont une grande force dans le combat que mène Alberth », a glissé le propriétaire du club aquitain, Gérard Lopez. Décrits comme « très touchés », les joueurs auraient également demandé à venir mais le club le leur a déconseillé. Une cellule psychologique a été mise en place pour les aider à traverser cette épreuve. Ils seront au repos aujourd’hui.

MHSC : Der Zakarian revient sur son altercation avec Sakho

Dans une longue interview accordée à L’Équipe, Michel Der Zakarian est revenu sur son altercation avec Mamadou Sakho. « Si l’altercation avec Mamadou Sakho m’a amené à réfléchir sur mon management et à envisager une remise en cause personnelle de vos méthodes ? On réfléchit tout le temps, a confié l’entraîneur du Montpellier HSC. La nouvelle génération, il faut l’aborder différemment. C’est la raison pour laquelle les staffs sont plus conséquents. Mais certains comportements ne sont pas admissibles. Aujourd’hui, la page est tournée. »

Le Havre - Stade de Reims : les réactions d’Elsner et de Still

Luka Elsner : « Ça nous pendait au nez. On finit par une défaite qui marque beaucoup. Elle fait mal. »

Will Still : « Daramy m’a répondu avec un doublé, c’est magnifique. Chapeau à lui. C’était la réponse que j’attendais. Il a tout le talent du monde, toutes les capacités pour passer encore une étape dans sa carrière. Son efficacité, c’est son axe de progression, il ne marque pas assez. »

Et enfin...

Clermont : Gastien veut continuer

Alors que les dirigeants du Clermont Foot tentent d’attirer Sébastien Bichard, l’adjoint de Habib Beye au Red Star, Pascal Gastien a bien l’intention de poursuivre sa mission en Auvergne. « Je n’ai rien à dire là-dessus, a souri le technidien, dont le départ du club est acté pour la fin de saison. J’entends tout un tas de bruits qui courent et il n’y a pas grand-chose qui me choque car, quand vous êtes dernier, vous êtes en danger. Aujourd’hui je suis là, demain je ne sais pas, et après-demain non plus. Bien sûr que je veux continuer sur le banc. Et laisser le club en Ligue 1. » Clermont compte ce matin 5 points de retard sur le barragiste, Lorient.

OGC Nice : Farioli positive après Clermont

Accroché par Clermont à l’Allianz Riviera (0-0), l’OGC Nice fait du surplace et inquiète sur sa capacité offensive. « Sur le terrain parfois, on se dit qu’on ne va jamais marquer », a cruellement résumé Melvin Bard. « On a touché plus de quarante ballons dans la surface adverse et c’est difficile de faire plus, a ajouté Francesco Farioli. Le bon choix dans le dernier geste et la qualité de lecture du moment, c’est ce qui nous manque offensivement depuis juillet. On s’est perdus dans trop d’initiatives personnelles. Quand on improvise au lieu de respecter le plan de jeu, on s’expose à des pertes de ballon et on concède des occasions en transition. Après, on n’était pas des génies avant, on n’est pas nuls aujourd’hui. Il faut éviter les transitions à champ ouvert, il faut être précis dans le marquage préventif, on était mal placés et on s’est exposé aux contres. On doit retrouver le plaisir du sacrifice et du travail qu’on a eus sur les six premiers mois. »

Stade Brestois : Lorenzi dévoile sa feuille de route

Directeur sportif à succès du Stade Brestois, solide dauphin du PSG, Grégory Lorenzi se projette sur la suite. « L’Europe ? On en reparlera mi-avril : si on est encore dans le top 8, les objectifs seront différents et je m’avancerai davantage, a-t-il affirmé dans L’Équipe. Ce qui est différent, c’est que l’année dernière, on priait pour que les gros battent les petits, alors que cette saison, c’est l’inverse. Prolonger Éric Roy ? C’est un cas qu’on n’a jamais évoqué, lui comme moi. On ne se focalise pas là-dessus aujourd’hui. Je suis très content d’avoir pu lui offrir l’opportunité de montrer qu’il était un bon entraîneur, mais il ne me doit rien. »

 

Podcast Men's Up Life
 

Pour résumer

Si But! Football Club traite en premier lieu l'actualité de certaines équipes de l'élite, nous avons décidé de vous faire un résumé de ce qu'il s'est passé aujourd'hui dans l'autre partie – moins médiatique – de la France du football.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.