Lens : Dayan, nommé officiellement, dément !

Contacté ce soir par la rédaction de But !, le nouveau président de la SASP RC Lens d’après le communiqué publié sur le site officiel sang et or, Luc Dayan, n’a pas souhaité commenter son arrivée à la tête du club artésien en remplacement de Gervais Martel, démissionnaire et poussé vers la sortie par l’actionnaire majoritaire du Racing, le Crédit Agricole Nord de France. Il a même démenti l’information à nos confrères de RMC !

Une conférence de presse est en revanche prévue demain, mardi, à 11h45, au centre technique et sportif de la Gaillette, à Avion.

S’il rejoint bien le Racing, Luc Dayan va être chargé de restructurer un club déjà bouleversé par les deux relégations vécues en mai 2008 et 2011 et où de nombreux salariés et collaborateurs ont déjà été licenciés et ont dû faire leurs valises ces derniers mois.

Au niveau sportif et alors que des responsables et éducateurs du centre de formation sont partis ces dernières semaines (Georges Tournay, Eric Assadourian, Olivier Bijotat), le recrutement lensois se limite depuis un an à des joueurs libres ou prêtés, ainsi qu’à des jeunes.

Pour le moment encore entraînée par Jean-Louis Garcia, l’équipe sang et or a quant à elle débuté sa préparation d’avant-saison avec un groupe en grande partie composé de jeunes éléments et recrues issus de la réserve et de CFA, selon les exigences du Crédit Agricole. Ce qui fait craindre aux fans du Racing une saison « galère » et une relégation finale en National.

Lens s’est ainsi incliné le week-end dernier lors de son premier match de préparation. Une défaite face à Armentières… pensionnaire de Division d’honneur (2-1).

Quant à Gervais Martel, il reste pour le moment actionnaire minoritaire du club (27,34 % contre 70 % au CANF) qu’il dirigeait depuis août 1988 et a toujours la possibilité de reprendre la main s’il parvient à réunir autour de lui des investisseurs.

Les forums des sites dédiés au RC Lens fourmillent de mots à l’adresse d’un personnage apprécié pour son humanité ainsi que de messages de protestation et de contestation vis-à-vis de Luc Dayan, passé chez « l’ennemi » lillois au début des années 2000 en compagnie de Francis Graille. Le voilà Lensois.

Olivier MAILLARD