RC Lens : les 3 enseignements de la défaite à Valenciennes (1-0)

Bien en place, le RC Lens a pourtant encore connu le goût de la défaite face à un Valenciennes FC plus réaliste (1-0). Battu au Hainaut pour la première fois depuis 1990, le Racing est plus que jamais lanterne rouge de L2.

Un 4-1-4-1 plus sûr dans le jeu mais…

Éric Sikora a trouvé un système sécurisant pour une équipe en manque de confiance. Positionnés en 4-1-4-1, avec Jean-Ricner Bellegarde en sentinelle (John Bostock s’est blessé), les Sang et Or ont été bien en place pendant la majeure partie de la rencontre. Alors qu’il y avait encore la place dans ce match, le coach du RC Lens a toutefois été trop frileux, en ne faisant entrer Cristian Lopez qu’à 20 minutes de la fin. Le score était à ce moment-là nul et vierge. C’est l’Espagnol qui est montré le plus dangereux mais sa tête a frôlé le cadre valenciennois (78e).

Une animation offensive en panne

L’animation offensive du RC Lens a été défaillante. Abdellah Zoubir a souvent été à la baguette mais s’est trop souvent perdu dans des dribbles ou des ouvertures téléphonées. Filip Markovic et Moussa Maazou ont été moins tranchants que face au FC Lorient, ce qui a poussé Éric Sikora à interchanger Maazou et Kévin Fortuné juste après le repos. Sans succès. On notera enfin la sortie honorable de Guillaume Beghin, auteur d’une superbe ouverture gâchée par Fortuné (34e).

Une défense solide dans le jeu, pas sur coup de pied arrêté

Très tranchants dans les duels, Dusan Cvetinovic et Jean-Kevin Duverne ont la majeure partie du temps annihilé les occasions valenciennoises dans le jeu et ont permis à Nicolas Douchez de passer une soirée assez tranquille. Sauf que sur coup de pied arrêté, tout a basculé à la 76e minute lorsque Baptiste Aloé a sauté plus haut que tout le monde pour tromper le gardien lensois. Que de regrets. Il semble toujours manquer un petit quelque chose à cette équipe pour enfin lancer la machine.

JP