par La rédaction

RC Lens : 5 bonnes raisons de rester optimiste après le nul à Bastia (1-1)

Histoire de penaltys entre le RC Lens et le SC Bastia (1-1) ce samedi soir au Stade de la Licorne d’Amiens.

Menés au score 1-0 sur une panenka de Ryad Boudebouz, les Sang et Or se sont accrochés, revenant également au score sur penalty par Ahmed Kantari.

1. Lens ne perd plus à la Licorne face aux concurrents directs

Face aux concurrents directs, le RC Lens n’a plus perdu au stade de la Licorne depuis la 2e journée et la réception de Guingamp (0-1). Depuis, les hommes d’Antoine Kombouaré ont pris huit points sur 12 possibles lors des matches au couteau. Quand on sait qu’un maintien va se chercher à domicile et que les Artésiens enchaînent quatre adversaires directs lors des cinq prochains matches à Amiens (ETG, Rennes, Toulouse et Lorient), il y a de quoi nourrir de l’espoir.

2. Adamo Coulibaly, maladroit mais décisif

Quatre matches qu’Adamo Coulibaly, meilleur buteur de l’équipe (5 buts toutes compétitions confondues), ne marque plus. Face aux Corses, l’ancien avant-centre de Debrecen n’est pas parvenu à régler la mire. Dilapidant deux grosses occasions lors du premier acte (14e, 27e). Néanmoins, le Franco-ivoirien était bien placé pour obtenir le penalty de l’égalisation. Une présence offensive dont ne peut pas se targuer Pablo Chavarria, lequel a manqué d’aplomb et de spontanéité dans la surface de réparation.

3. Aristote Madiani a mis le feu

C’est le jeune qui marque des points actuellement. Rentré à la 63e minute à la place de Jérôme Le Moigne, Aristote Madiani (19 ans) a mis le feu. Entre son festival sur la droite qui offre une grosse situation à Chavarria (72e)  et sa frappe repoussée par Alphonse Aréola dans la foulée, le milieu de terrain des Sang et Or a plus montré en 30 minutes sur le pré que tous les titulaires d’Antoine Kombouaré.

4. Le double cadeau d’Alphonse Aréola fait du bien

Depuis le début de saison, les Artésiens manquaient de réussite. A chaque fois qu’un défenseur commettait une boulette (Cavaré face à Bastia), cela se payait cash sans que la réciproque soit vraie dans l’autre sens. Cette fois-ci, le sort a tourné à la 80e minute. En grande partie grâce à leur ancien gardien Alphonse Aréola. Le portier bastiais a d’abord commis une grosse faute de main et provoqué la faute de son défenseur Squillaci sur Coulibaly. Puis il a relâché dans ses filets le penalty d’Ahmed Kantari alors qu’il était parti du bon côté.

5. Les résultats pas à la hauteur du jeu proposé

Malgré un terrain difficile, les Lensois ont eu le mérite de faire du jeu. Durant une demi-heure en début de partie, les coéquipiers de Pierrick Valdivia ont privé leurs hôtes de ballon. Si le jeu s’est logiquement délié par la suite, les chiffres du match atteste de l’envie de bien faire artésienne : 54% de possession, 15 tirs (seulement 3 cadrés), 79% de passes réussies et 26 centres.