par Alexandre Corboz

RC Lens : faut-il s'inquiéter de la préparation des Sang et Or ?

Pas franchement à la fête depuis le début de sa campagne de matches amicaux, le RC Lens a du mal à prendre confiance avant le retour en L1.

Avec une seule victoire face à Genk en six rencontres amicales de préparation, le RC Lens ne rassure pas franchement à moins de trois semaines de son premier match en Ligue 1 après cinq ans d'absence. Pire, face à l'Union Saint-Gilloise (D2 belge) et le Paris FC (L2 française), les Sang et Or ont concédé deux défaites 1-3 et 1-2 qui font tâche. De quoi s'inquiéter pour la saison des Sang et Or ?

Non, si l'on en croit Franck Haise qui s'est exprimé à l'issue des deux rencontres de mercredi. « Ce sont deux défaites et quand on est joueur ou entraîneur, on n’aime pas perdre, mais autant il y avait beaucoup de motifs qui ne me plaisaient pas sur la première rencontre autant face au PFC il y a eu de la qualité et de l’intensité. Je n’ai pas d’inquiétude, on travaille », a-t-il analysé.

« C'est sûr que la hiérarchie est très claire »

S'il ne faut jamais se fier aux résultats des matches amicaux pour jauger de la qualité ou non d'une saison à venir, cela permet quand même de tirer quelques enseignements. Là où d'autres clubs choisissent de faire tourner et équilibrer les temps de jeu, Franck Haise a souhaité deux matches le même jour pour tester ses équipes 1 et 2 en situation.

Un état des lieux important qui permet de dessiner une hiérarchie au sein de l'effectif artésien. « Sur les 2 matches de ce mercredi, c’est sûr que la hiérarchie est très claire. Mais si on commence à lâcher un peu des choses en cours de préparation parce qu’on n’est pas dans l’équipe 1A du jour mais plutôt 1B du jour, c’est qu’on n’a pas tout à fait compris qu’on est à Lens, qu’on va jouer le maintien et qu’on aura besoin de 16, 18 ou 22 joueurs. Je pense que ce sont simplement des petits moments de doute pour certains et que c’est pas profond après si ça l’est, au bout d’un moment il n’y aura plus besoin de faire 2 équipes mais qu’une seule », a expliqué Franck Haise, qui ne veut condamner personne.

Les grands perdants de mercredi

Ce qu'on peut retenir des derniers matches, c'est que l'ancien capitaine Steven Fortes ne figure plus dans le onze-type, supplanté par le trio Gradit - Badé - Medina. Tout comme Clément Michelin qui a perdu sa place au profit de Jonathan Clauss. Devant, Simon Banza est redevenu remplaçant. Tony Mauricio n'est plus indispensable dans le onze avec l'arrivée d'Ignatius Ganago et Corentin Jean n'est pas non plus vu comme un titulaire dans l'esprit de son coach. Bien évidemment, la hiérarchie peut être amenée à évoluer...