RC Lens : la ligne de conduite d’Antoine Kombouaré fait grincer des dents

A Lens, les dents de certains journalistes commencent à grincer devant certains principes d’Antoine Kombouaré.

Avec la presse nordiste, Antoine Kombouaré s’est imposé deux principes : n’accorder quasiment aucun entretien individuel et mettre en place une interdiction de s’exprimer pour les jeunes joueurs du vestiaire. Des principes stricts, appliqués depuis de longs mois, et qui ont de plus en plus de mal à passer auprès des médias locaux.

« Il a un peu imposé sa culture PSG ici »

Recalés dans leur demande d’entretien avec le technicien kanak, les journalistes de France Football se sont donc attardés sur le climat pour capter la grogne des médias. Ainsi, pour Dominique Leclerc, journaliste à la Voix du Nord et spécialiste du RC Lens depuis presque 26 ans, l’attitude de Kombouaré dérange : « Nous, on ne le demande plus en tête à tête. Ça ne sert à rien. Il a un peu imposé sa culture PSG ici. Mais ce n’est pas forcément lensois-compatible. Après, chaque entraîneur a son caractère. Eric Sikora ouvrait tout, Joël Müller pareil. Pendant longtemps, on pouvait s’approcher des vestiaires, tranquillement. Tout était toujours ouvert. Mais c’est terminé », déplore-t-il.

« Ça devient stupide »

Chez un autre journaliste, qui s’est exprimé sous couvert de l’anonymat, les conditions de travail et l’interdit imposé aux jeunes est un non-sens agaçant : « Comment voulez-vous travailler normalement avec ce club ? Les jeunes n’ont pas le droit de parler, sauf que la quasi-totalité des joueurs sont jeunes. C’est énervant de n’écrire que des papiers avec du off. Et puis, les jeunes sont de moins en moins jeunes. A un moment donné, il faut lever cette interdiction. Ça devient stupide. Ils ont tous quasiment 50 ou 60 matches en pro. Ça énerve beaucoup de gens. Même le fidèle public. »