RC Lens : les options d’avenir d’Antoine Kombouaré passées au crible

En fin de contrat en juin, Antoine Kombouaré sera-t-il encore sur le banc du RC Lens pour une quatrième saison en 2016-17 ? Selon toute vraisemblance, il prendra sa décision en fonction de plusieurs paramètres dont il ignore tout pour le moment. Décryptage.

A lire aussi : Tous les articles du RC Lens

AVEC OU SANS MARTEL ?

Depuis des lustres, Antoine Kombouaré répète à qui veut bien l’entendre qu’il est un entraîneur et surtout un homme libre. Pour preuve, l’entraîneur n’a jamais confié ses intérêts footballistiques au moindre agent. Il y a trois ans, il s’était donc laissé convaincre par le projet sportif présenté par Gervais Martel, à l’occasion du retour de ce dernier à la tête du club en compagnie de l’incroyable Hafiz Mammadov. Si, depuis, la vie du RC Lens n’a jamais été un long fleuve tranquille, si ce n’est peut-être la première saison en Ligue 2 ponctuée par une remontée en Ligue1 lors de la dernière journée sur la pelouse du CA Bastia, l’attitude du coach kanak n’a pour autant jamais varié d’un iota vis-à-vis du président historique du RCL. Certes, à deux reprises, Antoine Kombouaré a manqué la reprise du mois de juin (2014 et 2015) car il voulait clairement et fermement manifester son mécontentement face aux graves manquements de l’actionnaire majoritaire. D’ailleurs, depuis, ne lui parlez plus de l’homme d’affaires de Bakou… Certes, aussi, il a souvent manifesté son très fort agacement devant l’impossibilité de renforcer une équipe pourtant sérieusement limitée sur le plan numérique. Et elle en aurait eu bien besoin ! Que serait-il advenu en janvier 2015 si les “Sang et Or”, alors 16es au terme de la première partie de saison en Ligue 1, avaient pu se renforcer de deux ou trois unités supplémentaires ? On ne le saura jamais… Mais pour autant, cela suffira-t-il à pousser Antoine Kombouaré à envisager de quitter le RCL en juin 2016 ? De toute évidence, Gervais Martel a été seul au moment de le convaincre de rejoindre les “Sang et Or” en juin 2013. Et depuis, les deux hommes entretiennent des rapports francs et cordiaux. Au point même que Gervais Martel n’a pas hésité une seule seconde le jour où il a sacrifié, son directeur sportif,  Jocelyn Blanchard, pour offrir à son entraîneur kanak les pleins pouvoirs. Entre Martel et Kombouaré, c’est aussi aujourd’hui une histoire d’hommes. Alors, bien évidemment, l’ex-entraîneur de Valenciennes et du PSG ne sera jamais du genre à avaler des couleuvres. Mais la présence ou non de Gervais Martel à la tête du club constituera forcément un élément prépondérant dans son choix futur. Deux cas de figure sont donc à envisager…

1. Si Martel quitte le RCL

Il y a alors fort à parier qu’Antoine Kombouaré en fera de même. Depuis des années, le coach répète à qui veut l’entendre que son rêve est d’aller entraîner un jour en Premier League. S’il n’y est jamais parvenu à ce jour, c’est surtout car il n’a jamais fait le choix de “réseauter”, comme le monde très fermé de l’élite footballistique d’outre-Manche le nécessite pourtant. En cas d’arrivée d’un nouveau président à la tête des “Sang et Or”, Kombouaré pourrait finir par se résoudre à vraiment tenter sa chance sur la perfide Albion. D’autant que son CV ne manque pas d’arguments. Il a notamment une solide réputation d’entraîneur à poigne et parle couramment anglais depuis qu’il a évolué en Ecosse (96-98), à Aberdeen. Au pire, ne serait-il pas tenté par une année sabbatique, comme ses homologues s’y adonnent désormais de plus en plus souvent ?

2. Si Martel reste président

Dans ce cas, la probabilité de voire Antoine Kombouaré prolonger son bail avec le RC Lens serait beaucoup plus importante. D’abord car si Gervais Martel est parvenu à la convaincre une première fois de rejoindre les “Sang et Or”, on ne voit pas pourquoi il n’y parviendrait pas une seconde fois. Le président sait se montrer très persuasif et les appointements proposés au coach sont loin d’être négligeables. De plus, Antoine Kombouaré ne semble pas particulièrement pressé de partir sous d’autres cieux. En partie car aucune autre destination hexagonale ne semble le faire rêver, même si des bruits de couloir laisseraient à penser que son club formateur, le FC Nantes, pourrait voir en lui le remplaçant de Michel Der Zakarian pour la saison prochaine. En revanche, une chose est sûre : les moyens financiers que Gervais Martel pourrait mettre à sa disposition constitueront un autre élément prépondérant dans son futur choix. En clair, même avec Martel, Kombouaré ne serait certainement pas très chaud pour repartir dans une saison galère. Certes, l’homme insiste souvent sur ses qualités d’entraîneur-formateur. Mais disputer une nouvelle fois un championnat aussi ardu que la Ligue 2 ou même remonter en Ligue 1 avec une bande essentiellement composée de gamins ne le réjouirait pas particulièrement. Le Kanak est avant tout un compétiteur forcené. Donc rester avec Martel oui mais avec une enveloppe pour recruter…

EN LIGUE 1 OU EN LIGUE 2 ?     

Le championnat où évoluera le Racing Club de Lens la saison prochaine constituera le deuxième élément prépondérant dans la future décision d’Antoine Kombouaré…

1. Le RCL repart en L2

Comme énoncé précédemment, il y a peu de chances pour qu’une nouvelle saison en Ligue 2, même comme entraîneur du RCL, tente Antoine Kombouaré. Alors, bien sûr, il s’est beaucoup donné à la tête de l’équipe. De son propre aveu, il s’investit même aussi beaucoup dans les relations avec les supporters, ce qu’il n’a jamais fait auparavant, que ce soit au PSG, à Valenciennes ou à Strasbourg. Dans ce cas de figure, Kombouaré ferait donc de toute évidence ses valises en juin. A moins que Gervais Martel ne parvienne enfin à sortir Mammadov du jeu et que le nouvel actionnaire majoritaire n’offre à Kombouaré une enveloppe susceptible de lui permettre de survoler le championnat de Ligue 2, un peu à l’image de l’AS Monaco durant la saison 2012-13.

2. Le RCL remonte en Ligue 1

Là, la donne serait totalement différente. Même si l’on peut se douter que l’aspect financier serait toujours prépondérant. Personne et surtout pas Antoine Kombouaré n’a oublié la deuxième partie de saison galère l’année dernière, notamment lors des “matches à domicile” sur la pelouse du stade de la Licorne d’Amiens. En clair, remonter en Ligue 1 oui mais avec les moyens d’y jouer un rôle intéressant. D’autant que depuis son arrivée au RC Lens, Antoine Kombouaré dispose du trousseau de clés pour recruter à sa convenance. Il pourrait donc bâtir enfin l’équipe dont il rêve depuis trois ans… Seulement voilà, les finances ne lui ont jusqu’à présent jamais permis de faire autrement que d’aller à la pêche aux prêts ou aux joueurs libres. Autant dire qu’il a toujours dû élaborer son projet sportif en fonction de seconds couteaux. Et on sait que la patience du Kanak a des limites…

En conclusion : 

– Martel part et le RCL est en Ligue 2 : 0%

– Martel part et le RCL est en Ligue 1 : 5%

– Martel reste et le RCL est en Ligue 2 mais sans argent pour recruter : 5%

– Martel reste et le RCL est en Ligue 2 et avec une belle enveloppe pour recruter : 50%

– Martel reste et le RCL est en Ligue 1 mais sans argent pour recruter : 20%

  • Martel reste et le RCL est en Ligue 1 mais avec une belle enveloppe pour recruter : 100%

Notre correspondant à Lens, Benoît Dequevauviller

Retrouvez l’intégralité de cet article dans le nouveau numéro de But! Lens en commande sur notre boutique.