RC Lens : les Sang et Or l’ont rendu fou mais Martel ne regrette rien !

true

Si le RC Lens a failli provoquer sa ruine, Gervais Martel a vécu sa présidence intensément et ça valait largement le coup selon lui.

Ce lundi, « L’Equipe » a publié un dossier sur la folie qui touche les présidents de club. Forcément, quand il s’agit de parler d’amour foot et d’excès, Gervais Martel – qui a englouti beaucoup de sa fortune au RC Lens entre 1988 et 2012 avant de redevenir dirigeant entre 2013 et 2017 – est tout indiqué.

A lire aussi : Tous les articles du RC Lens

Dégagé de toutes responsabilités chez les Sang et Or depuis bientôt trois ans, l’emblématique président artésien ne regrette rien : « Je sais qu’on a dit que je ne savais pas gérer mais j’ai sauvé le club du dépôt de bilan et c’est ma fierté. Le plus gros salaire que j’ai donné, c’est 150 000 euros et je me rends compte aujourd’hui que c’est de la rigolade. A l’époque, cela me gênait par rapport au public mais, avec le recul, les supporters s’en moquent tant que tu gagnes ! Tu peux offrir un million à un joueur, si tu es champion à la fin, tout le monde s’en fout. J’ai beaucoup investi à titre personnel, c’est vrai, mais je l’ai fait avec le cœur, en connaissance de cause, personne ne m’a forcé. Je ne regrette rien car j’ai vécu des moments intenses, ma famille aussi, et ma fille est encore aujourd’hui accro au Racing. Je l’ai fait de manière exagérée car c’était mon rêve de gosse de diriger Lens. Et j’ai rendu la fierté aux supporters avec le titre en 1998, les matches de Coupe d’Europe… »

Toujours piqué par le virus du football, Gervais Martel aspire encore à rester dans le foot, lui qui envisage de se faire élire dans le collège des indépendants de la LFP pour porter sa parole d’anciens aux instances…