RC Lens – L’oeil de Denis Balbir : « Attristé de voir les Sang et Or lutter pour le maintien »

Chaque lundi, Denis Balbir décrypte l’actualité de la Ligue 1. Petite entorse à notre politique cette semaine avec un zoom sur la situation du RC Lens en Ligue 2.

« C’est dramatique ce qu’il se passe du côté de Lens cette saison. A l’instar d’Auxerre et du Havre, le Racing manque à l’élite. Pour moi, Lens, c’est un stade, un public parmi les meilleurs de France, un formidable outil comme la Gaillette, des matches de Coupe d’Europe, des joueurs de folie comme Daniel Moreira… Je suis vraiment attristé de voir les Sang en Or à lutter pour le maintien en Ligue 2. Outre le désastre économique que cela provoque dans un club, il est très difficile de se relever sportivement d’une relégation ou de l’échec d’une non-remontée. La plupart des clubs sombrent après avoir connu ça. J’espère que ce ne sera pas le cas de Lens…

« Sans excuser les débordements des supporters, on peut les expliquer »

Pourtant, on ne pouvait que se réjouir il y a un an et demi quand les soucis financiers du club ont été réglé avec le remplacement d’Hafiz Mammadov par Solferino. Depuis, d’autres problèmes sont apparus depuis. Cette saison, Lens a connu des soucis d’ordre privés sur pas mal de joueurs. On a aussi un entraîneur du cru, Eric Sikora, qui, même s’il est très bon, ne parvient pas à trouver une osmose et une continuité dans les résultats de son équipe. Et puis il y a un public qui en veut à ses joueurs au point de fronder sur un match important dans la course au maintien face à Bourg-en-Bresse (0-1). Sincèrement, sans excuser les débordements des supporters, on peut les expliquer. Cette colère est proportionnelle aux attentes suscitées. Il y a quelques années, avec Mammadov, on leur avait promis de l’argent, le retour d’un Lens ambitieux, jouant les premiers rôles en Ligue 1. Au final, c’était du pipeau. A Lens, une région de France économiquement difficile, les gens ont le club dans la peau. Les Sang et Or, c’est leur moteur, une source d’espoir. Aujourd’hui, les fans laissent éclater la frustration qu’ils ont accumulé. Les gens expriment leur tristesse comme ils le peuvent, parfois c’est maladroit, mais, pour m’être souvent rendu à la Gaillette, je sais combien les gens du Nord tiennent à leur club.

« Une descente en National serait catastrophique pour le club »

Sincèrement, après le début de saison cauchemardesque que Lens avait vécu, je pensais que l’embellie entrevue depuis octobre-novembre leur permettrait de finir entre la 6e et la 8e place en assurant tranquillement le maintien et en préparant la saison prochaine. Or, on se rend compte que dans deux semaines le Racing recevra l’ASNL, barragiste avec seulement trois points de retard … Sur cette fin de saison, les Lensois vont devoir puiser dans leurs ressources physiques et mentales pour se sauver. Une descente en National serait catastrophique pour le club. On peut même craindre un dépôt de bilan. Ce serait inimaginable de voir un club comme ça disparaître du paysage du football français. »

Recueilli par Alexandre CORBOZ