RC Lens : Luc Dayan avance une solution d’avenir et pense que « rien n’est perdu »

Interrogé au sujet d’Hafiz Mammadov et de la situation délicate traversée par le RC Lens depuis l’été dernier, Luc Dayan a du mal à y voir clair mais veut croire à un avenir meilleur.

« Hafiz Mammadov reste l’actionnaire principal. Il faudrait que l’homme d’affaires cède ses parts pour parler d’un avenir sans lui. Gervais Martel a déjà évoqué ce cas de figure mais, à chaque fois, il y a une fin de non-recevoir. Si quelqu’un ne veut pas céder ses parts, comment faire pour éviter qu’il conduise le club au dépôt de bilan ? Sauf si le manager du club arrive à le maintenir en vie en faisant en sorte qu’il ne soit pas en cessation de paiement. Mais il faut alors baisser les charges et augmenter les recettes pour rester excédentaire afin de ne pas dépendre des apports de l’actionnaire, a analysé l’ancien président du RC Lens sur le site lensois.com avant de faire part d’une petite lueur d’espoir pour la suite. Lens, avec son stade rénové, reste attirant avec pas mal d’atouts. Mais simplement, il faut avoir prise sur ce dossier pour pouvoir rebâtir quelque chose. Peut-on arriver à un cas comme Strasbourg ? Tout est envisageable mais je pense que Gervais Martel cherche des solutions. Rien n’est donc perdu mais il faut des gens de bonne volonté et une collaboration de tous les acteurs. Car un club de foot ne se résume pas à une entreprise comme les autres ».