RC Lens : Martel, avenir, jeune garde… Antoine Kombouaré dit tout

Présent en conférence de presse à deux jours de recevoir l’AJ Auxerre à Bollaert, l’entraîneur du RC Lens Antoine Kombouaré a fait le point sur l’état des lieux. Extraits : 

A lire aussi : Tous les articles du RC Lens

Qui sera absent contre Auxerre ? 

L’effectif est presque au complet à part Valdivia, qui est out pour la saison. On récupère N’Diaye. Gbamin est rentré hier. Ba, c’est plus compliqué, il doit arriver jeudi matin. Moore est rentré mais il n’est pas avec nous dans le groupe.

Le match contre Auxerre est-il celui de la dernière chance ? 

Après 3 résultats décevants, peut-être que la coupure arrivait au bon moment. L’AJA, je les ai vus infliger une cinglante victoire au Red Star. Le match de la dernière chance ? C’est compliqué. Il reste 21 points en jeu. Il faut gagner, les autres résultats vont jouer. Plus il y a d’équipes concernées, plus ce sera intéressant car il y aura des enjeux. En tout cas, il faudra le soutien des supporters. Il faut faire bloc.

Kombouaré a-t-il confiance en sa jeune garde ? 

Les jeunes ? Partout où je suis passé, j’ai la même façon de préparer les jeunes. Ils subissent d’énormes pressions. Avec les médias, les réseaux sociaux, ils peuvent faire des conneries.  Ici, ils ont de grosses responsabilités. On leur demande de gagner. Mais c’est un avantage. En affrontant les soucis ici, ils sont prêts à aller partout ! J’ai pleinement confiance en mon groupe, en mes jeunes. On a les qualités, il faut répondre présent le jour J. Banza ? Il a démarré fort puis il a connu un contrecoup. Il a un énorme potentiel Il a une bonne éducation. Il doit franchir un palier. Cyprien, lui, a franchi une étape dans la constance. Il peut jouer et être bon plusieurs matchs. C’est un vrai cadre.

Comment voit-il l’avenir du Racing et le sien ? 

Gervais Martel, il travaille fort pour trouver la solution alors que nous, on est concentré sur le sportif. Je ne suis pas dans les dossiers, je n’ai pas envie de parler de ça. Je suis sur le terrain. Mon cas personnel ? Etre en fin de contrat ne me perturbe pas, ce n’est pas la première fois. J’ai dit à Gervais Martel que même si demain j’ai des approches, je botterai tout en touche. Il y a les vacances pour y penser.