RC Lens : retour, supporters, Mammadov… Valdivia évoque ses années lensoises

De retour à Bollaert sous le maillot nîmois, Pierrick Valdivia a gardé un souvenir vibrant de son passage au RC Lens et du public Sang et Or.

La rencontre de la deuxième journée de Ligue 2 entre le RC Lens et Nîmes ce soir sera particulière pour Pierrick Valdivia. Recruté par les Crocodiles cet été, le milieu relayeur foulera pour la première fois la pelouse du Bollaert depuis son départ il y a un an, après quatre saisons de bons et loyaux services.

« Ce qui m’a marqué, c’est ce public incroyable »

Interrogé par La Voix du Nord, le joueur de 29 ans évoque avec nostalgie son passage en Artois, et notamment les supporters de Bollaert.

« J’ai aimé et ma famille s’y plaisait bien. On a créé quelque chose. Il y a eu des bons moments comme la montée et d’autres nettement plus compliqués avec les années Mammadov. Lorsque vous accédez en Ligue 1, que vous êtes en stage à Vittel et qu’un matin vous apprenez dans la presse que Lens est rétrogradé en National, ça fait bizarre. Mon seul regret est de ne pas avoir joué à Bollaert en Ligue 1. (…) Ce qui m’a marqué, c’est ce public incroyable, sa ferveur. Il y en a qui vont faire un crédit pour une voiture ou une maison, eux vont le faire pour s’abonner. Pour retrouver Lens ailleurs, il faut aller à Marseille ou Saint-Etienne. Et encore, je ne suis pas certain que Saint-Etienne joue à guichets fermés en L2. »

« Je voulais m’adresser aux supporters, mais des interviews m’ont été refusées »

Valdivia regrette en revanche la façon dont son aventure chez les Sang et Or s’est terminée.

« Ça s’est mal terminé. Les gens ne savent pas tout. Avant de partir, je voulais m’adresser aux supporters pour les remercier, mais des interviews m’ont été refusées. Certains m’ont un peu sali, jusqu’à dire que j’avais mis un terme à ma carrière pour maladie alors que j’étais juste blessé. Je souffrais d’un hématome au flanc droit. »

Son retour à Bollaert, Valdivia l’attend avec une excitation mêlée d’appréhension.

« Plus ça avance, plus la ferveur monte en moi. Les supporters, les Corons, c’est magique. J’ai hâte de retrouver ça. Je ne sais pas si je serai sifflé… comme je suis maintenant dans le camp ennemi, mais je pense être bien accueilli. J’ai franchement hâte d’y être. »

Les supporters du RC Lens n’ayant pas la mémoire courte, il n’y a pas de raison qu’ils conspuent l’un des artisans de la montée en 2014.

Sylvain Opair