ASSE - LOSC (1-1) : Galtier salue la réaction de ses joueurs et fustige l'arbitrage !
Christophe GaltierCredit Photo - Icon Sport
par Mathias Merlo
RÉACTION

ASSE - LOSC (1-1) : Galtier salue la réaction de ses joueurs et fustige l'arbitrage !

Au micro de Téléfoot, Christophe Galtier a fustigé l'arbitrage et la mauvaise première période de son équipe après le nul face à l'ASSE (1-1).

Tenu en échec à Geoffroy-Guichard, le LOSC peut se mordre les doigts après une première période insipide. Au micro de Téléfoot, Christophe Galtier a analysé la performance de ses ouailles : "On a eu une première période où l'on a été transparents et absents des débats. On n'était pas bien. Je ne connais pas la raison. Ensuite, on a été mieux. On a eu une bonne réaction. On égalise logiquement, on a eu des temps forts, mais on n'a pas pu l'emporter." 

Puis, le coach des Dogues s'en est pris à l'arbitre de la rencontre, coupable d'erreurs selon lui : "Il y a un fait de match important. Je suis surpris qu'on ne va pas voir la VAR sur le penalty (concédé par Bradaric sur Khazri). Mon joueur met la tête en direction du gardien. Derrière, il y a un bon plongeon. Tout le monde tombe dans le piège. Je vais rester calme parce qu'il y a une commission. En plus, il y aurait pu avoir un carton rouge sur Debuchy parce qu'Aurajo part au but... Je ne vais pas me plaindre. On a jouer qu'une période, c'est donc difficile de l'emporter."

Pour ce déplacement dans le Forez, Christophe Galtier avait décidé de beaucoup faire tourner son effectif. Un choix qui a posé question en après match : "Je n'ai pas regrets sur mes choix, avoue Galtier. Même si on peut les contester. Bamba et Yazici étaient incertains. David avait beaucoup donné. J'avais des choix à faire pour garder de la fraîcheur. Mais, en seconde période, avec le même onze, on a été mieux. Pour les choix, on enchaîne les matches, ils sont contestables vous avez raison. J'accepte les remarques. L'AC Milan a aussi fait cinq changements. Ils ont réussi à l'emporter, pas nous. C'est un point, il faut l'accepter."