LOSC : la réponse cash de l'avocat du club aux attaques de Bielsa
Marcelo BielsaCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
RÈGLEMENT DE COMPTES

LOSC : la réponse cash de l'avocat du club aux attaques de Bielsa

Hier a eu lieu l'audition de Marcelo Bielsa au conseil des prud'hommes de Lille suite à son revoir du LOSC en 2017. Malgré les attaques de l'Argentin, l'avocat des Dogues reste serein.

Hier avait lieu la très attendue audience du conseil des prud'hommes entre le LOSC et Marcelo Bielsa suite au limogeage de ce dernier à l'automne 2017. On sait que l'Argentin s'est lâché à propos du club comme de Luis Campos : "J'aurais préféré ne pas parler publiquement, mais je crois qu'il y a certaines situations qu'il est intéressant que j'explique. Ce que je veux expliquer, c'est le harcèlement que j'ai subi lors des mois de septembre et octobre avant mon licenciement afin de me déstabiliser pour me pousser à la démission, saboter ma gestion et faire obstacle à mon travail, dégradant mon autorité. Campos n'a jamais voulu m'aider. C'était impossible de parler de football avec Campos, il ne parlait que de la partie commerciale, les agents de joueurs, les prix, les pourcentages, les commissions... ça ne l'intéressait pas de parler de football".

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU LOSC

"Il n'est pas une victime"

Si les propos du Loco ont été largement reproduis, ceux de l'avocat du LOSC, maître Bertrand Wambeke, sont passés davantage inaperçus. Pourtant, l'homme de loi a fait part de son optimisme dans un dossier très important pour l'avenir du club nordiste puisque Bielsa réclame 19 M€.

"Le discours de Marcelo Bielsa était trop long pour être percutant, a expliqué Me Wambeke, dans des propos rapportés par La Voix du Nord. Il n'est pas une victime, ce n'est pas son caractère, comme tout le monde le sait. La victimisation est présentée dans le but d'obtenir la somme la plus importante possible." Il est vrai que le caractère volcanique de l'Argentin ne tend pas à l'imaginer en victime des machinations de Luis Campos. Cet argument fera-t-il mouche auprès des prud'hommes ? Réponse le 2 juillet !