LOSC : le message fort de Galtier à Lopez à propos de Campos et de son avenir
Christophe Galtier et Luis CamposCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
TRIO DESUNI

LOSC : le message fort de Galtier à Lopez à propos de Campos et de son avenir

L'entraîneur du LOSC, Christophe Galtier, ne digère pas l'éloignement du conseiller du président, Luis Campos, car cela lui rajoute une grosse charge de travail. Cela pourrait d'ailleurs influer sur son avenir dans le Nord.

Dans l'excellente interview publiée ce jeudi dans l'Equipe, Christophe Galtier aborde de très nombreux points, de la surcharge du calendrier qui provoque de la casse chez les joueurs à la polémique avec André Villas-Boas. Mais le plus intéressant concerne son avenir au LOSC qui, si on le suit, pourrait être fortement lié à la présence ou non d'un Luis Campos qui a pris ses distances avec son poste de conseiller du président car les changements internes réclamés ne sont pas intervenus.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU LOSC

"Silence radio" concernant une prolongation

« L’absence de Luis Campos ajoute une charge de travail dont je n’ai pas besoin au quotidien. Luis est celui qui était en relation permanente avec les joueurs et leur entourage, car c’est lui qui est allé les chercher. Quand il fallait régler un problème avec un joueur, il y avait Luis. Dans la stratégie, les réflexions à terme, dans la construction des équipes, il était là… Et il n’est plus là. Je ne peux pas perdre quarante minutes, ici ou là, plusieurs fois par jour, pour trouver une solution à des problèmes alors qu’on joue le lendemain. Depuis le 20 août, je n’ai plus de nouvelles de Luis, c’est comme ça, je ne juge pas. Mais moi, je suis pied au plancher. Mon avenir ? Courant août, avec Luis, on avait décidé de se revoir pour parler d’une éventuelle prolongation. Depuis, silence radio. »

« Il ne m’a jamais parlé de son intention de quitter le club car on n’échange plus. Je ne veux pas interpréter son absence et je ne sais pas ce qu’ils se disent avec le président (Gérard Lopez). Par contre, j’ai besoin de savoir avec qui je travaille : ce n’est pas prétentieux, quand on entraîne le LOSC, de vouloir savoir avec qui on travaille, non ? Nous formions un trio, le président, le conseiller du président et l’entraîneur, et putain de merde, qu’est-ce que ça fonctionnait bien… On ne s’embrassait pas tous les jours sur la bouche. Il y avait des désaccords. Quand le président arbitrait dans le sens de Luis et pas dans le mien, ça ne me faisait pas plaisir. Et quand Luis et moi étions d’accord mais pas le président, on devait se plier à son arbitrage. C’était comme ça. Luis n’est plus là et tout cela est en stand-by. »