Stade Rennais - LOSC (0-1) : les tops et les flops de la victoire lilloise
Eduardo Camavinga et Jonathan DavidCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
BELLE OPÉRATION

Stade Rennais - LOSC (0-1) : les tops et les flops de la victoire lilloise

Le LOSC a réalisé un très joli coup cet après-midi en allant s’imposer à Rennes, reléguant les Bretons à neuf points dans la lutte pour la Champions League. Jonathan David, Sven Botman et José Fonte ont brillé alors que Romain Salin a précipité la perte de son équipe.

Les tops

Jonathan David : Honneur au buteur. Ce n’était certainement le plus difficile à mettre de sa carrière mais il faut reconnaître au Canadien le mérite d’avoir été présent au bon endroit sur l’erreur de main de Romain Salin et d’avoir su faire preuve de spontanéité pour ouvrir le score à la 16e minute. Pas sûr qu’il aurait eu la même réussite lors de la première partie de saison, lorsqu’il était rongé par le doute à cause du poids de son gros transfert. Désormais libéré, l’ancien de La Gantoise pourrait constituer une autre arme fatale dans la panoplie de Christophe Galtier pour aller chercher une C1 vitale pour les finances du club.

Sven Botman et José Fonte : Difficile de départager les deux défenseurs centraux. Mais si le Stade Rennais s’est procuré aussi peu d’occasions tranchantes, c’est parce que le Néerlandais et le Portugais ont su faire bonne garde. Leur complémentarité n’est plus à démontrer, de même que leur impact physique, qui fait beaucoup de mal à l’adversaire. Martin Terrieur, unique pointe alignée par Julien Stéphan au coup d’envoi, a pris cher. A la 51e minute, il a même fait appel aux soigneurs après un duel aérien perdu avec Fonte et une mauvaise retombée. Sur la dernière action du match, à la 92e, les deux hommes ont dû s'employer, de façon héroïque, pour couper une contre-attaque rennaise. Une défense hermétique, c’est la base pour aller loin. Le LOSC peut donc rêver.

Eduardo Camavinga : Le jeune international breton a été la cible des Lillois. A chaque fois qu’il récupérait le ballon, il y avait faute sur lui. Ça l’a d’ailleurs énervé dès la première période, après qu’il ait perdu un protège-tibia sur un contact. Il ne s’est pourtant pas dispersé et a continué d’orienter le jeu de son équipe. Ce n’est bien sûr pas son meilleur match mais il a été l’un des plus brillants de son équipe sur le terrain, exposant une palette technique qui semble infinie.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DU LOSC

Les flops

Romain Salin : Le pauvre a fait preuve d’une grande fébrilité tout au long de la partie. Il a notamment totalement raté une sortie en dehors de sa surface à la 79e qui a failli profiter à Timothy Weah. Mais ce qu’on gardera de ce match où un seul but a été marqué, c’est sa faute de main. Sur un corner de Yusuf Yazici à la 16e minute, le gardien rennais, pourtant pas pressé, a voulu claquer le ballon plutôt que de s’en saisir. Sauf qu’il a manqué son geste et que le ballon est arrivé sur Jonathan David, qui a conclu. Terrible pour lui comme pour son club.

Steven N’Zonzi : Habituellement rayonnant au milieu de terrain, le champion du monde a perdu plusieurs ballons chauds ayant abouti à des occasions franches pour le LOSC. Et même quand il intervenait bien, comme à la 62e pour endiguer une attaque lilloise, le contre lui était défavorable… Visiblement, les Dogues présents dans sa zone avaient pour consignes de le presser très vite afin qu’il n’ait pas le temps d’orienter le jeu. Ça a très fonctionné et N’Zonzi n’a pas été capable de changer ses habitudes.