Déception des Montpelliérains après la défaite contre Nantes hierCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
MELTING-CLUBS

Ça balance à Montpellier, Nice en veut à Lens et Reims, Guion fragilisé à Bordeaux ?

Si « But ! Football Club » traite en premier lieu l'actualité de certaines équipes de l'élite, nous avons décidé de vous faire un résumé de ce qu'il s'est passé aujourd'hui dans l'autre partie – moins médiatique – du championnat de France.

Zapping But! Football Club Bordeaux : les transferts les plus chers de l'histoire

MHSC : Toubache-Ter balance sur l'ambiance au sein du club

Après la nouvelle défaite concédée face à Nantes (0-3) hier, Montpellier est au bord de la crise de nerfs. Les ultras ont provoqué une interruption de vingt minutes en première période, Romain Pitau est sur la sellette et les joueurs complètement à côté de leurs pompes. Sur Twitter, l'insider Mohamed Toubache-Ter a fait quelques révélations : "Donc, Christopher Jullien dit « prendre ses coéquipiers dans les bras et aller à la guerre avec eux ». À Montpellier, quand on va sur le banc, on tape dans la main du président et de ses coéquipiers. Il le sait maintenant puisque la remarque lui a été faite". Il a également évoqué les cas Khazri et Sakho, le premier ayant été expulsé en première période et le second fautif sur le deuxième but encaissé : "Wahbi Khazri et Mamadou Sakho n’ont jamais exigé de jouer, ne se sont jamais plaints de ne pas jouer. En revanche, lors de la réunion, ils ont tapé un coup de gueule, s’étonnant d’apprendre dans la presse que le club désirait leur trouver un point de chute. Voilà la vérité". La chasse à la fameuse taupe est donc ouverte...

Girondins de Bordeaux : Guion fragilisé après un coup de gueule de Lopez

Sud-Ouest révèle que le président des Girondins de Bordeaux, Gérard Lopez, a poussé un gros coup de gueule par téléphone après le nul contre Amiens (1-1) vendredi. Une pratique courante, selon le quotidien régional. Quand la victoire est au rendez-vous, Lopez félicite, et quand c'est la défaite, il place généralement les joueurs face à leurs responsabilités. Mais là, il s'en est pris au staff technique, lui reprochant des changements tardifs et, plus globalement, une mauvaise gestion des fins de match puisque cela fait deux fois d'affilée que cela arrive à l'équipe après Caen (2-2). De quoi fragiliser David Guion ?

Stade de Reims : une réserve déposée contre un ancien Lensois de l'OGC Nice

L'Equipe révèle que le Stade de Reims a déposé une réserve après le 0-0 contre l'OGC Nice en raison de la présence sur la feuille de match de Laurent Bessière. Or, si l'ancien responsable de la performance du club champenois a rompu son contrat avec le RC Lens pour aller chez les Aiglons, c'était de façon unilatérale. Officiellement, il est toujours au Racing jusqu'au 22 février. Et ne pouvait en conséquence figurer sur la feuille de match côté niçois. Quoi qu'il en soit, les dirigeants d'Ineos auraient très mal pris le dépôt de cette réserve.

Toulouse FC : Comolli s'emporte de nouveau contre l'arbitrage

Déjà suspendu en début de saison pour des critiques à l'encontre du corps arbitral, le patron du TFC, Damien Comolli, en a remis une énorme couche dimanche, après le nul de son équipe contre Brest (1-1). L'origine de son courroux ? Selon lui, le but breton n'aurait pas dû être accordé : "J'ai montré la capture d'écran de l'image au quatrième arbitre à la mi-temps. Il a eu un manque de respect incroyable en me repoussant et en disant : "Ne me parlez pas, ne me parlez pas !". C'est le symbole de quinze ans d'arrogance et de médiocrité de l'arbitrage français, dont je suis persuadé que M. Gautier (le nouveau directeur technique de l'arbitrage en France) sera le digne héritier. Nous avons tout faux, les arbitres ont tout faux, le football français a tout faux. J'ai été l'une des personnes les plus vocales pour qu'il y ait un changement à la tête de l'arbitrage, mais malheureusement, il n'y en aura pas. On ne peut pas changer la culture de l'arbitrage avec les mêmes personnes".

Podcast Men's Up Life
 

AS Monaco : Clement s’agace pour Ben Yedder

Interrogé sur son appréciation de la première partie de saison de Wissam Ben Yedder, auteur d’un triplé contre l’AC Ajaccio (7-1), Philippe Clement a évacué la question, en montant légèrement le son. « Mais j’ai eu beaucoup de questions là-dessus, cette semaine ! Pour moi, le collectif, c’est le plus important, a-t-il tonné après le match. On pratique un style offensif et tous les joueurs sont dans cette histoire. Je ne veux pas faire le bilan d’un joueur. Breel (Embolo) marque deux buts. Wissam a fait aussi très bien son travail sans ballon. Il est très important pour le collectif. »

OGC Nice : Digard pas inquiet pour son avenir

Après avoir pris la succession de Lucien Favre sur le banc de l’OGC Nice, Didier Digard affiche un bilan positif avec un large succès contre le MHSC (6-1) et un nul hier à Reims (0-0). de quoi lui permettre de prolonger son intérim sur le banc des Aiglons ? « Je vais faire comme si je préparais le match contre Lille (le 29 janvier, 13 h), ensuite, le club prendra les meilleures décisions pour le groupe, je ne suis pas inquiet », a-t-il affirmé après la rencontre.

Stade de Reims : Still s'en contentera

Assis sur une invincibilité de neuf matches de L1 sur le banc du Stade de Reims, Will Still est satisfait du point décroché devant l’OGC Nice à Delaune hier (0-0). « On a le droit de regretter d’avoir manqué la dernière passe ou le dernier dribble qui aurait débloqué la situation, résumait le Belge de 30 ans. Mais c’est positif d’être déçu de faire match nul contre Nice, on ne tombera pas chaque semaine sur cette qualité individuelle et collective. C’est la preuve que Reims prend de l’ampleur. On a vu des séquences super intéressantes offensivement et le fait d’être exigeants envers nous-mêmes prouve qu’on avance. Tant qu’on pourra comparer Reims avec l’effectif niçois, tant mieux. »

ESTAC : Kisnorbo enrage après la fessée à Lille

La très lourde défaite de l’ESTAC hier (1-5) ne reflète pas tout à fait la physionomie de la rencontre, tout du moins le contenu de la première période avec des contres incisifs et de la verticalité côté aubois. « Quand on donne autant de cadeaux à un bon adversaire, il te punit, explique Patrick Kisnorbo. On doit changer notre mentalité, penser qu’on est capables de s’imposer face à n’importe qui. Il n’y a pas de fatalité. On doit être plus constants en termes d’intensité, aller presser haut. L’échec permet de grandir. »

LOSC : Bayo a pris sa revanche

Mis à l’écart par les dirigeants lillois en début de saison à cause d’une sortie nocturne juste avant le choc contre le PSG (1-7), Mohamed Bayo revient petit à petit dans les plans de Paulo Fonseca et a inscrit un brillant doublé hier contre l’ESTAC. « Est-ce que j’ai payé cher mes écarts ? Sur le moment, cela a été difficile mais je suis un guerrier et un combattant, a-t-il déclaré après la rencontre. J’attendais avec impatience ma chance. Quand je l’ai eue, j’ai montré ce que je savais faire. Un déclic ? Pas forcément. Il faut saisir les opportunités et savoir attendre son heure. »

Toulouse : Comolli charge l’arbitrage !

« J'ai montré la capture d'écran de l'image au quatrième arbitre à la mi-temps. Il a eu un manque de respect incroyable en me repoussant et en disant : “Ne me parlez pas, ne me parlez pas !” » Le président de Toulouse Damien Comolli était furieux, hier, à l’issue du match nul contre Brest (1-1). Selon lui, le seul but breton incrit par Mounié (18e) n'aurait pas dû être accordé en raison d'une faute préalable de Hérelle sur Nicolaisen. « C'est le symbole de quinze ans d'arrogance et de médiocrité de l'arbitrage français, dont je suis persuadé que M. (Antony) Gautier (le nouveau directeur technique de l'arbitrage en France) sera le digne héritier, s’est emporté le dirigeant. Nous avons tout faux, les arbitres ont tout faux, le football français a tout faux. J'ai été une des personnes les plus vocales pour qu'il y ait un changement à la tête de l'arbitrage, mais malheureusement, il n'y en aura pas. On ne peut pas changer la culture de l'arbitrage avec les mêmes personnes. »

RC Strasbourg : un nouveau coach la semaine prochaine ?

Selon L'Équipe, l'accord verbal conclu lundi dernier au moment de l’éviction de Julien Stéphan de son poste d’entraîneur entre les dirigeants du RC Strasbourg et Mathieu Le Scornet ne sera a priori pas révolutionné par les quatre points glanés la semaine dernière : l’intérim assuré par l’adjoint ne devrait pas excéder deux matches. Après le nul contre Lens (2-2), mercredi, et le succès ramené de Lyon (2-1), samedi, un nouveau technicien devrait bien être nommé à la tête de l’équipe d’ici à la fin de la semaine.

Pour résumer

Si « But ! Football Club » traite en premier lieu l'actualité de certaines équipes de l'élite, nous avons décidé de vous faire un résumé de ce qu'il s'est passé aujourd'hui dans l'autre partie – moins médiatique – du championnat de France.

Raphaël Nouet
Rédacteur
Raphaël Nouet

La quotidienne

Retrouvez tous les soirs une sélection d'articles dans votre boite mail.