FC Lorient – OL (1-1) : Garcia, Guimarães, Dembélé, Depay... Pierre Ménès tire à vue
Memphis Depay en mode Casper à Lorient.Credit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
COUP DE GUEULE

FC Lorient – OL (1-1) : Garcia, Guimarães, Dembélé, Depay... Pierre Ménès tire à vue

Pierre Ménès n'a pas apprécié le spectacle de Lorient – OL dimanche après-midi. Le consultant du CFC a fait feu sur les Gones, Rudi Garcia en tête.

Affligé par le triste match de l'OL sur la pelouse du FC Lorient (1-1), Pierre Ménès a sorti la scie parlant d'un match « assez pathétique » et d'un Lyon « qui enchaîne les bouillies offensives journée après journée ». Et le consultant du CFC n'a pas aimé les choix de Rudi Garcia : « Cette fois, Depay était sur le banc et je ne comprends pas cette tactique de Garcia de continuer à jouer avec trois axiaux quand il n’y a qu’un seul attaquent en face, à savoir Grbic qui en plus est sorti blessé assez rapidement ».

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE LYONNAIS

« Il est important pour l'OL que ce mercato se termine »

Autre cible de Ménès, plus surprenante celle-ci : Bruno Guimarães. « Il y a aussi des méformes au milieu, avec par exemple Guimaraes qui est l’ombre du joueur qu’il était à son arrivée à Lyon… Ce n’est pas possible de se créer aussi peu d’occases pendant 75 minutes quand tu t’appelles Lyon et que tu joues chez un promu ». 

Enfin, l'ancien journaliste de L'Equipe en a remis une couche sur le marché des transferts : « Je pense qu’il est maintenant important pour l’OL que ce mercato se termine. Que les joueurs qui vont rester sachent qu’ils sont là pour encore une saison et qu’ils commencent à se concentrer sur leur football. Parce que ce n’est clairement pas le cas de Dembélé et de Depay. Je serais moins sévère avec Aouar, qui a fait ce qu’il pouvait dans un match de très mauvaise qualité ».

Pour résumer

Le mauvais coaching de Garcia, la méforme de certains, les joueurs perturbés par le Mercato... Pierre Ménès livre son analyse de Lorient – OL (1-1).

Alexandre Corboz
Article écrit par Alexandre Corboz