Girondins – OL (0-0) : comment Jean-Louis Gasset a éteint les Gones
Jason Denayer et Toma Basic au duelCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
ANALYSE

Girondins – OL (0-0) : comment Jean-Louis Gasset a éteint les Gones

Ce vendredi soir, en ouverture de la 3e journée de Ligue 1, l'OL est revenu de Bordeaux avec un résultat nul (0-0). Décryptage d'une partie assez fermée.

Face à Lyon, Jean-Louis Gasset avait fait le choix d'un 4-2-3-1 assez prudent, avec des joueurs très disciplinés et un gros pressing pour gêner les défenseurs et milieux rhodaniens. Cela a donné lieu à une rencontre fermée, très tactique, pauvre en occasions de buts. Quand Bordeaux n'est pas en capacité de gagner face à un adversaire qui lui est supérieur, les Girondins ne perdent plus et tant pis pour le spectacle...

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE LYONNAIS

Les rois de la passe ont été muselés

On le sait : le jeu de l'OL dépend en grande partie du tandem Maxence Caqueret – Bruno Guimarães. Les deux milieux U21 sont désormais titulaires indiscutables et désignés pour conduire l'harcèlement à la première relance. Jean-Louis Gasset avait mis en place un système « spécial » avec ses deux milieux très bas pour couper les transmissions vers l'avant. Un choix payant pour contrarier les plaques tournantes de l'OL. Le duo n'a pas eu le même rendement qu'à l'accoutumé et Rudi Garcia a même changé son duo avant l'heure de jeu, sortant le Brésilien, décevant, pour rentrer Thiago Mendes.

L'attaque des Gones était atone

Offensivement, on attendait beaucoup mieux de l'OL. A commencer par Memphis Depay, étincellant (triple buteur et impliqué sur quatre buts) contre Dijon avant la trêve. Annoncé au FC Barcelone, le Néerlandais – qui évoluait pourtant dans son rôle de prédilection en électron libre – n'a pas eu le rendement escompté, faisant souvent les mauvais choix. On a eu droit au mauvais visage de Docteur Memphis et Mister Depay. A ses côtés, Moussa Dembélé a beaucoup charbonné mais est tombé sur un Paul Baysse inspiré pour contrarier ses rares tentatives. Ce n'était pas un match pour lui. Quant à Karl Toko-Ekambi, il a été fantomatique mais est resté plus longtemps que les autres sur le pré. Incompréhensible.

Des entrées intéressantes mais pas décisives

Si Rudi Garcia ne change pas une équipe qui gagne, le coach lyonnais n'hésite en revanche pas à faire des changements. Y compris sur des éléments importants comme Bruno Guimarães, Moussa Dembélé et Memphis Depay, tous trois invités à regagner le banc. Du côté des entrants, Houssem Aouar a amené de la percussion et des situations. Le milieu lyonnais a été brillant mais a trouvé le poteau de Benoît Costil (82e). Dans le cœur du jeu, Thiago Mendes a pris davantage de responsabilité dans le jeu et Tino Kadewere a été intéressant dans la surface. Malgré tout, aucun des trois n'est parvenu à faire la décision.

L'OL n'a pas (trop) souffert du départ de Marçal

En défense, le départ de Marçal à Wolverhampton a eu pour effet d'imposer une réorganisation à Rudi Garcia. Jason Denayer est passé à gauche à la place du Brésilien pour permettre à Joachim Andersen, rentrant dans le onze, d'évoluer sur son pied droit. L'OL n'a pas trop subi ce changement. Le Belge a une nouvelle fois été impeccable. Quant au Danois, après une entame discrète, il est monté en régime au fil des minutes. L'ancien du Genoa a encore soufflé le chaud et le froid. Au centre du trio, Marcelo a fait son match.