par Benjamin Danet
POINT DE VUE

OGC Nice-OL - l'oeil de Denis Balbir : "l'imprévisible règne à Lyon, mais plus à Nice"

Comme chaque semaine, sur notre site, Denis Balbir décrypte l'actualité footballistique. Dernier volet, cette semaine, avec un retour sur la rencontre OGC Nice-OL qui interpelle notre chroniqueur. Et ce pour une raison très précise.

Zapping But! Football Club OL - Strasbourg : le brief d'avant match

"Le scénario du match opposant l'OGC Nice à l'OL a été complètement fou, je vous l'accorde. Et pourtant, lorsqu'on se penche avec du temps et de la réflexion sur le parcours récent et non récent deux équipes, on peut mieux comprendre le pourquoi du comment. Car l'Olympique Lyonnais qui subit des trous d'air et passe au travers plusieurs minutes durant, ce n'est en rien une nouveauté.

Cette équipe est capable de tout, on le sait, et notamment du meilleur comme on a pu le voir en Ligue Europa avec un succès de grande, grande classe sur le terrain du Sparta Prague. Mais, et je ne crois pas au hasard, les lyonnais étaient aux abonnés absents lors du début de cette rencontre. A Nice, ce fut en fin de rencontre, à Prague, au début. Je constate que ce n'est pas propre à l'OL 2021-2022 et que Rudi Garcia, dans le passé, devait déjà faire face à l'absence de certains au cours des matches. Pas question, donc, d'incriminer Peter Bosz qui, je l'imagine, doit aussi se poser des questions face à une telle irrégularité. 
A l'arrivée, ce sont des points perdus. Et une place au classement qui en souffre. L'OL a un effectif pour être haut cette saison, et même viser la Ligue des Champions. Mais comment peut-on prévoir quoi que ce soit avec cette équipe ? D'ailleurs, pour être honnête, je n'imaginais pas une seconde que Karl Toko Ekambi serait en mesure d'effectuer un tel début de saison. Ca, c'est pour le Lyon qui me surprend agréablement. Mais rien ne sert de fournir de tels efforts si l'équipe toute entière s'éteint ensuite et offre la victoire à l'adversaire. Compliqué, dès lors d'imaginer la suite pour des Lyonnais si imprévisibles. 

"Galtier est encore sous-estimé par le petit monde du football. Il n'est pas qu'un entraîneur qui harangue ses troupes, mais un fin tacticien qui connaît de surcroît la Ligue 1 sur le bout des doigts."

A Nice, c'est tout le contraire. Le succès est prévu et même si ça prendra plus de temps que prévu, pas grand monde ne peut douter de ce qu'est en train de mettre en place Christophe Galtier. A mes yeux, ce dernier est encore sous-estimé par le petit monde du football. Il n'est pas qu'un entraîneur qui harangue ses troupes, mais un fin tacticien qui connaît de surcroît la Ligue 1 sur le bout des doigts. Avec son staff, Galtier n'a plus de mauvaise surprise à subir car il devance les choses. Ce n'est pas encore parfait, certes, et Nice loupe parfois ses matches comme ce fut le cas à Troyes. Je crois sincèrement que cette formation sera le trouble-fête de la L1 et qu'elle peut tout à fait viser une place sur le podium en fin de saison au même titre que Rennes d'ailleurs ou l'Olympique de Marseille.

Je constate à ce jour que le projet niçois est plus solide que celui de Lille et même celui de Lyon. Galtier est en passe de construire un groupe très solide avec des joueurs de qualité. Tout est calculé, pensé. Et je pense que les trous d'air seront moins nombreux que ceux que connaît l'OL depuis plusieurs mois. En tous cas, le Nice-Marseille de cette semaine sera intéressant à un plus d'un titre."
 

Pour résumer

Comme chaque semaine, sur notre site, Denis Balbir décrypte l'actualité footballistique. Dernier volet, cette semaine, avec un retour sur la rencontre OGC Nice-OL qui interpelle notre chroniqueur. Et ce pour une raison très précise.

Benjamin Danet
Rédacteur
Benjamin Danet