OL : crise, foot français en Europe, Mediapro... Aulas se lâche encore
Jean-Michel AulasCredit Photo - Icon Sport
par Alexandre Corboz
ENTRETIEN VERITES

OL : crise, foot français en Europe, Mediapro... Aulas se lâche encore

A l'occasion d'un entretien à l'AFP et au moment où la France se reconfine, Jean-Michel Aulas (OL) est sorti du silence.

Sur les pertes liées à un reconfinement

« Sur la billetterie, c'est de l'ordre d'une vingtaine de millions d'euros. Il faut ajouter à cela les séminaires (au stade) arrêtés de nouveau, les visites de stade et du musée, les relations commerciales avec les boutiques que nous refermons. Nous sommes sur une perte de 30 à 40 millions d'euros qui est déjà malheureusement à induire. C'est énorme. »

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE LYONNAIS

« La France est aujourd'hui pénalisée par des performances proches du néant en Europe »

Sur la poursuite du championnat

« Plus les jours passent et plus les événements se succèdent. On se rend compte que nous nous retrouvons dans la même situation que la saison dernière quand la Ligue avait pris la décision de tout arrêter, privant le football professionnel français de 300 millions d'euros de droits TV. (...) La double peine est d'avoir été spolié (d'une qualification en Coupe d'Europe, ndlr) en étant barré au profit d'autres clubs. (...) C'est la France qui est aujourd'hui pénalisée par des performances qui sont proches du néant. Cela va influer sur le classement européen (du football français) ».

Sur l'espoir que Mediapro paiera ses dettes

« Je ne pense pas. Ce n'est peut-être pas l'avis de la Ligue. On sera dans une procédure probablement judiciaire ou autre. Sans entrer dans les détails, la Ligue a demandé à la société espagnole qui est la maison mère de la société française (Joye Media, ndlr) d'assumer la caution des paiements, ce qui n'a pas été possible pour l'instant, et recherche la possibilité que la maison mère chinoise (Orient Hontai Capital, ndlr) puisse se substituer en matière de garantie, ce qui n'a pas été le cas non plus ».