OL : le n°2 du club parle à cœur ouvert des tensions avec Juninho
Juninho et Vincent PonsotCredit Photo - Icon Sport
par Raphaël Nouet
MISE A PLAT

OL : le n°2 du club parle à cœur ouvert des tensions avec Juninho

Directeur général de l'OL, Vincent Ponsot a eu des relations difficiles avec le directeur sportif du club, Juninho. Il est revenu dessus avec une étonnante franchise.

Il y a quelques semaines, alors que l'Olympique Lyonnais réalisait un mauvais début de saison, la critique accablait Juninho. Pointant du doigt, évidemment, le recrutement raté du directeur sportif mais également ses relations tendus avec plusieurs de ses collègues, notamment le directeur général, Vincent Ponsot. Dans L'Equipe du jour, ce dernier s'est confié avec beaucoup de naturel sur ces échanges difficiles.

VOIR AUSSI : TOUTE L'ACTUALITÉ DE L'OLYMPIQUE LYONNAIS

"C'est un animal à sang chaud"

« Ce n’est pas que cela ait été compliqué, mais disons que je suis un animal à sang froid et Juninho un animal à sang chaud. Je suis un gestionnaire et lui un technicien sportif. Il a fallu que l’on trouve tous les deux un bon mode de fonctionnement. Je pense qu’on l’a trouvé, et de toute façon, Juninho est une belle personne, donc il n’y avait pas de raison que cela ne fonctionne pas. »

« Sur le dossier Paqueta, c’est faux de dire que le reste du club n’était pas d’accord avec lui. On a fait un choix ensemble. On ne savait pas, au moment où on a contacté Paqueta, que personne n’allait partir, et si on l’avait su, on ne l’aurait peut-être pas recruté tout de suite, ça c’est possible. Juninho voulait Paqueta, mais dans le cadre du remplacement de certains joueurs. Comme on arrivait en fin de mercato et que tout pouvait se décider le dernier jour, on a fait le choix de le prendre, pour garantir la compétitivité de l’équipe. Sur la question de qui décide, il n’y a pas à l’OL de question sur qui est n°2 ou n°3. On est 565 salariés, je suis directeur général football et il y a un directeur général du groupe, qui est Thierry Sauvage. Mais à l’OL, il n’y en a qu’un qui décide. Il n’y a qu’un patron, c’est Jean-Michel Aulas. »