ASSE, OL, OM, PSG, FC Nantes - l'oeil de Denis Balbir : "l'après-Mediapro ? Soit Canal +, et vite, soit la faillite du football français"
Credit Photo - ICON SPORT
par Benjamin Danet
Chronique

ASSE, OL, OM, PSG, FC Nantes - l'oeil de Denis Balbir : "l'après-Mediapro ? Soit Canal +, et vite, soit la faillite du football français"

Comme chaque semaine, notre consultant, Denis Balbir, décrypte l'actualité de la Ligue 1. Place cette semaine, au sandale Mediapro et la si triste affaire des droits TV qui n'en finit plus de secouer le football français.

Zapping But! Football Club OM : les transferts les plus chers des Olympiens

"Depuis l'annonce de l'arrêt de Mediapro, et de sa chaîne Téléfoot, il est tout de même amusant, pour ne pas être désagréable..., de lire certaines réactions de présidents de clubs ou encore des gens de la Ligue de Football Professionnel. Certains feraient bien de faire amende honorable et de se taire car tout ce que l'on vit en ce moment est simplement dû à une incroyable négligence et à une précipitation qui ne fait vraiment pas honneur à ceux qui prétendent avoir des responsabilités.

Il ne sert plus à rien de savoir qui est le principal coupable, même si les présidents de clubs devront assumer leur manque de réflexion. Ils n'ont pas su voir la poudre aux yeux qu'était Mediapro. Ils ont plongé dans le flou, n'ont vu que les millions d'euros, sans se poser des questions pourtant évidentes. Car je veux bien tout lire, ou tout entendre, mais on ne m'empêchera pas de penser que tout ça était prévisible. Il suffisait de voir ce qu'il s'était passé en Italie, lorsque Mediapro avait voulu acheter les droits du Calcio. Il fallait même se demander si la Ligue 1 valait vraiment ce qui a été offert par le groupe sino-espagnol. Evidemment que non. Evidemment que la surenchère ne tenait pas la route économiquement pour Mediapro. A l'arrivée, tout a été mal fait, mal pensé et on en arrive logiquement à se demander ce qu'il va advenir dans les prochaines semaines. 

Je n'ai pas accès à la comptabilité de certains clubs, mais il est une évidence que chez certains, c'est déjà limite. Et que j'imagine assez mal la saison se terminer sans des licenciements au sein de certaines écuries. On me dit qu'il suffit de baisser le salaire des joueurs ? Je trouve ça trop facile. On ferait mieux, une bonne fois pour toutes, de se poser la question du rôle de l'Etat et des charges ahurissantes qui pèsent sur les entreprises. Pourquoi l'Etat, exceptionnellement, ne ferait pas un geste pour les clubs qui, au même titre que d'autres activités culturelles, proposent un spectacle ? Baisser les salaires, ça me paraît injouable, car il y a de tels écarts qu'il faudra m'expliquer la méthode pour ne mécontenter personne. 

Le mal est déjà fait et, de toute façon, il n'y a pas 50 solutions pour les semaines à venir. Je sais que Canal + prend son temps pour soumettre une offre à la LFP afin de récupérer les droits. Les dirigeants de cette chaîne auraient d'ailleurs tort de faire le contraire. Ils sont en position de force, sont attendus comme le Messie et ont déjà une expérience avec la Ligue 1 et la Ligue 2. A la LFP, on ferait d'ailleurs bien de se montrer coopératif car, selon moi, les données sont claires : soit Canal + arrive vite, soit le football français va droit à la faillite collective. Des millions d'euros ont déjà été perdus, des clubs sont déjà en danger. Canal + ne permettra pas de tout résoudre, c'est une évidence, mais si la chaîne cryptée n'arrive pas bientôt, la catastrophe sera colossale."

Denis Balbir