FC Lorient – OM (0-1) : solidarité, recrues, Benedetto... Les enseignements du succès marseillais
Dario BenedettoCredit Photo - Icon Sport
par Julien Pédebos
ANALYSE

FC Lorient – OM (0-1) : solidarité, recrues, Benedetto... Les enseignements du succès marseillais

L'OM a réussi à ramener trois points précieux de son déplacement sur la pelouse de Lorient (1-0). Un match où le bilan reste mitigé.

Une solidarité qui change de l'Olympiakos

On avait laissé l'OM sur une prestation décevante face à l'Olympiakos en Ligue des champions. Encore plus que le résultat, c'est le manque d'envie affiché par les hommes de Villas-Boas qui avait surpris au regard de l'importance de l'événement. Ce samedi face à Lorient, les Marseillais ont au moins eu le mérite de montrer qu'ils avaient du mental. Au niveau du jeu, il y a beaucoup à redire mais les partenaires de Steve Mandanda ont montré une solidarité collective pour tenir le score qui peut les inspirer pour la suite.

Balerdi, Gueye, Cuisance, des recrues qui apportent

André Villas-Boas n'a cessé de réclamer, durant l'été, des recrues afin d'apporter de la densité dans son effectif pour l'enchaînement des matchs à venir. Démonstration de cette utilité ce samedi à Lorient où Balerdi, Gueye ou encore Cuisance étaient titularisés. Et le bilan est très satisfaisant. Outre son but, le défenseur argentin a montré beaucoup de fiabilité dans les duels et l'anticipation. Pape Gueye, au milieu de terrain, a confirmé sa belle titularisation face à l'Olympiakos. Enfin, Mickaël Cuisance a montré qu'il avait la carrure pour tenir le poste de meneur de jeu de l'OM, même s'il a baissé de pied comme beaucoup de ses partenaires en seconde période.

VOIR AUSSI : TOUTE L’ACTUALITÉ DE L'OM

Thauvin – Benedetto, une formule pas franchement gagnante

En l'absence de Dimitri Payet, André Villas-Boas a donc opté pour un 4-4-2 en losange avec un duo Thauvin – Benedetto pour animer le secteur offensif. L'attaquant argentin, à qui on a pu donné la circonstance atténuante d'être esseulé dans le 4-3-3, n'a pas fait mieux dans ce nouveau système. Une nouvelle fois, Benedetto a démontré son manque de confiance et attend toujours son premier but de la saison. De son côté, Florian Thauvin a livré une prestation poussive. En atteste une frappe habituelle en positon idéale qu'il a expédié hors cadre. Et si son coup franc s'est transformé en passe décisive pour Balerdi, l'habituel ailier le doit surtout au très mauvais jugement de Paul Nardi, car son centre était bien trop enlevé.